/news/politics
Navigation

56 voyages aux quatre coins du globe

Hausse spectaculaire des missions à l’étranger au cours de la dernière année

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | L’austérité n’a pas altéré le goût du voyage chez les députés québécois, qui ont effectué pas moins de 56 missions aux quatre coins de la planète au cours de la dernière année.

Il s’agit d’une hausse spectaculaire, sachant que les parlementaires s’étaient limités à 34 voyages à l’étranger en 2014-2015. La facture pour les contribuables a également gonflé, passant de 305 000 $ à 472 000 $. C’est ce que révèle le tout dernier rapport des activités interparlementaires déposé sans tambour ni trompette par le président de l’Assemblée nationale, le libéral Jacques Chagnon, au dernier jour de la session.

Libéraux, péquistes et caquistes dans une moindre mesure, ont parcouru le monde, du Japon à l’Éthiopie en passant par le Pérou et l’Italie, pour maintenir de bonnes relations avec les élus d’autres nations.

Budget réduit

Le coût des missions dépend du lieu des rencontres des assemblées annuelles des différentes associations de parlementaires auxquelles participe l’Assemblée nationale du Québec, précise la porte-parole Noémie Cimon-Mattar.

«L’écart de coûts entre l’année 2014-2015 et l’année 2015-2016 est aussi en large partie attribuable à l’annulation ou au report de certaines activités en raison des élections générales d’avril 2014», insiste-t-elle.

Cette hausse des voyages est d’autant plus surprenante que l’enveloppe budgétaire totale allouée aux missions interparlementaires pour cette année avait été réduite à 632 000 $. Le Journal n’a pas été en mesure de savoir ce qu’il est advenu de l’ensemble de cette somme, sachant que les voyages ont coûté 472 000 $.

Classe affaires

Les députés peuvent voyager en première classe lorsqu’ils se rendent en Amérique du Sud, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, selon une directive obtenue par notre Bureau parlementaire.

L’Assemblée nationale n’a pas voulu toutefois préciser qui a opté pour la classe affaires dans ses missions à l’étranger. Le Journal a néanmoins constaté que les coûts de transport sont particulièrement élevés pour certains voyages.

C’est le cas notamment d’une mission à Siem Réap, au Cambodge. Le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon, est le seul élu à avoir pris part à ce voyage exigé en raison d’une «réunion du Bureau de l’Assemblée parlementaire de la francophonie» qui a eu lieu du 27 au 30 janvier de cette année. Il était accompagné pour l’occasion de sa chef de cabinet et d’une secrétaire. La mission a coûté 32 048 $, dont 28 051 $ uniquement pour les frais de transport.

Le président Chagnon s’est également rendu à Erevan, en Arménie, du 9 au 11 octobre 2015. Il a fait le déplacement seul pour le 96e Conseil permanent et la 31e Conférence ministérielle de la Francophonie. Sur une facture totale de 10 386 $, pas moins de 9685 $ ont été alloués au transport.

Jacques Chagnon étant en mission, il n’a pu nous accorder une entrevue.


Des missions à l’étranger qui dérangent

 

QUÉBEC  |  L’augmentation du nombre de missions des députés à l’étranger dérange Québec solidaire et la Coalition avenir Québec.
 
Amir Khadir ne s’en cache pas: les députés solidaires n’ont jamais participé jusqu’ici à des voyages les amenant dans d’autres parlements. «On n’a pas le temps», dit-il. Les missions au programme ne sont pas pertinentes à la lumière des priorités de QS, ajoute-t-il.
 
En temps de «disette économique», les élus doivent montrer l’exemple et se contenter du «strict nécessaire», insiste M. Khadir.
 
Selon lui, les vols en première classe ne doivent être possibles que pour des raisons médicales. «Lorsqu’un État dit: je n’ai pas plus d’argent pour donner plus qu’un bain par semaine dans mes CHSLD, ce gouvernement-là ne peut pas autoriser son monde à voyager en classe affaires ou en classe de luxe», peste le député de Mercier.
 
À la CAQ, un comité évalue la pertinence de chaque voyage avant de donner le feu vert à un député. «On a refusé un très grand nombre de missions dans les dernières années», soutient le directeur des communications, Guillaume Simard-Leduc.
 
Plus de transparence exigée
 
Pour mettre fin «à la culture des voyages incognito», il faut plus de transparence, insiste-t-il. 
 
Selon M. Simard-Leduc, les missions des députés à l’étranger devraient être affichées sur la page d’accueil du site internet de l’Assemblée nationale.
 

2 EXEMPLES COÛTEUX

41e SESSION DE L’ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE LA FRANCOPHONIE

Berne (Suisse) 
6 au 10 juillet 2015
 
PARTICIPANTS 
  • Jacques Chagnon, député de Westmount-Saint-Louis et président de l’Assemblée nationale
  • Maryse Gaudreault, vice-présidente de l’Assemblée nationale et députée de Hull
  • François Gendron, vice-président de l’Assemblée nationale et député d’Abitibi-Ouest
  • André Drolet, député de Jean-Lesage
  • Carole Poirier, députée d’Hochelaga-Maisonneuve
  • Sylvie Roy, députée d’Arthabaska
  • Jean Rousselle, député de Vimont
  • Julie Boulet, députée de Laviolette
  • Michel Bonsaint, secrétaire général de l’Assemblée nationale
  • Sébastien Jobert, coordonnateur de la coopération interparlementaire
  • Marie-Astrid Ospina, secrétaire administrative de la Section du Québec de l’APF
  • Isabelle LeBourdais, représentante de la Section du Québec au Parlement francophone des jeunes (PFJ)
  • Samuel l’Heureux, représentant de la Section du Québec au PFJ.
 
COÛT 
  • Per diem et autres frais - 16 899,13 $
  • Transport - 21 686,75 $
TOTAL  
  • 38 585,88 $

MISSION DU PRÉSIDENT À PARIS ET MISSION D’UNE DÉLÉGATION PARLEMENTAIRE DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC AUPRÈS DU PARLEMENT ITALIEN

Rome (Italie)
14 au 17 décembre 2015
 
PARTICIPANTS 
  • Jacques Chagnon, député de Westmount-Saint-Louis et président de l’Assemblée nationale
  • François Ouimet, député de Marquette et vice-présidentde l’Assemblée nationale
  • Filomena Rotiroti, députée de Jeanne-Mance-Viger
  • Agnès Maltais, députée de Taschereau
  • Nathalie Roy, députée de Montarville
  • Lise Moreau, directrice de cabinet du président
  • Mylène Poulin, conseillère en relations interparlementaires et internationales
COÛT  
  • Per diem et autres frais - 24 855,00 $
  • Transport - 5693,86 $
TOTAL  
  • 30 548,86 $