/news/politics
Navigation

Décret fédéral sur la rainette: Heurtel dénonce une «intrusion» d’Ottawa

David Heurtel
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark David Heurtel

Coup d'oeil sur cet article

La décision d’Ottawa de bloquer un projet immobilier de 300 M$ pour protéger une espèce de grenouille menacée a été vivement critiquée par le ministre de l’Environnement du Québec, qui déplore l’intrusion «unilatérale» du palier fédéral.

«C’est une approche unilatérale, une approche qui va à l’encontre du fédéralisme collaboratif qu’on espérait et qu’on avait vu depuis l’arrivée du nouveau gouvernement. Avec la décision d’aujourd’hui, qui est une première au Canada, on décide d’agir au Québec sans travailler avec collaboration», a dénoncé David Heurtel mercredi à la sortie du conseil des ministres.

À son avis, le décret du fédéral «soulève de sérieuses questions sur les compétences du Québec et une possible intrusion dans des compétences du Québec en matière environnementale, en matière de protection de la faune, en matière municipale».

Le gouvernement Trudeau a annoncé en matinée un décret d’urgence pour protéger la rainette faux-grillon, qui était menacée par un projet immobilier à La Prairie en Montérégie. Cette décision fait mal paraître M. Heurtel, qui a autorisé le projet malgré l’avis de plusieurs experts. «Le développement durable c’est un équilibre entre la protection de l’environnement et le développement économique. On avait trouvé cet équilibre», s’est-il défendu.

Il soutient que 83 % du territoire préservé avec le décret fédéral l’était déjà grâce aux soins du ministère de l’Environnement du Québec, qui avait trouvé une entente avec le promoteur et les municipalités de la région. «Et là le fédéral arrive et rompt ce genre d’esprit de collaboration, débarque et impose une décision. Ils ont pris cette décision sans travailler dans une optique de développement durable, sans atteindre l’équilibre», a pesté M. Heurtel.