/misc
Navigation

Les partisans vont aimer Shaw

Canadien c Blackhawks
Photo d’archives Andrew Shaw n’a peut-être pas un gros gabarit, mais il joue « gros ».

Coup d'oeil sur cet article

Les négociations entre Andrew Shaw et les Blackhawks avaient atteint un point de non-retour.

Les Blackhawks ne pouvaient pas satisfaire les exigences salariales du joueur en raison du plafond salarial et aussi parce que les décideurs de l’organisation n’étaient pas disposés à payer une somme d’argent aussi importante que celle demandée par Shaw.

Mais, établissons tout de suite que le Canadien a fait l’acquisition d’un joueur dynamique, d’un joueur qui se présente à l’amphithéâtre chaque soir, d’un joueur qui se donne corps et âme à la cause de sa formation.

Il n’a peut-être pas un gros gabarit, mais il joue «gros».

J’aime bien Andrew Shaw. J’aime son implication, j’aime son sens du devoir. Les circonstances ont fait que son association avec les Blackhawks pouvait se poursuivre, mais à un certain prix.

Parcours inhabituel

À Montréal, il devrait signer une entente de plusieurs années. Les partisans de l’équipe vont l’aimer.

On regarde son parcours et on se demande comment il a pu atteindre la Ligue nationale.

√ Il n’a pas été repêché à sa première année d’admissibilité.

√ À sa deuxième saison, les Blackhawks l’ont réclamé très tard, je pense en sixième ronde.

√ Il a rapidement fait son chemin en raison de son enthousiasme et de son ardeur au travail. À tel point qu’en mars dernier, l’entraîneur Joel Quenneville affirmait que Shaw était indispensable aux Blackhawks.

Il y a quelques années, j’avais fait un voyage à Owen Sound en compagnie de Marc Bergevin. On était là dans le cadre de la Coupe Memorial et Marc avait été épaté par les efforts déployés par Shaw. Je savais qu’il le recommanderait aux Blackhawks.

On lui a fait confiance. Heureusement!

Peut-il s’infiltrer dans le groupe des six meilleurs attaquants du Canadien?

Je le crois.

Shaw est un joueur polyvalent. On peut l’utiliser au centre et à l’aile. Pendant plusieurs semaines, l’hiver dernier, il a évolué sur le flanc droit aux côtés de Jonathan Toews. Les Blackhawks l’ont utilisé régulièrement en supériorité numérique.

On a raison de le comparer à Brendan Gallagher. Ce sont deux joueurs qui ne craignent pas la circulation dense. Ils dérangent l’adversaire.

Le Canadien a fait une belle acquisition.

Sergachev : pourquoi pas ?

J’ai participé au repêchage des joueurs amateurs au cours du week-end. Les Blackhawks m’avaient invité à leur table et j’ai eu l’occasion de converser avec plusieurs recruteurs de la formation.

Quand le Canadien a réclamé Mikhaïl Sergachev, tous ont affirmé qu’il s’agissait d’un choix que Bergevin et son groupe ne regretteront pas. Selon eux, Sergachev aurait pu évoluer dans la Ligue américaine dès l’an dernier parce qu’il est très talentueux et aussi parce qu’il a beaucoup de maturité pour un joueur de son âge.

Le Canadien prépare la relève, d’autant plus qu’Andreï Markov vieillit, Sergachev se veut une bouée de sauvetage pour Marc Bergevin. Je ne serais pas du tout étonné que le jeune Russe perce la formation du Canadien dès l’an prochain.

Ce serait une situation intéressante pour lui puisqu’il pourrait profiter de la présence de Markov et d’Alexeï Emelin.

Par ailleurs, Lars Eller, que le Canadien a échangé aux Capitals de Washington, pourrait bien connaître de bons moments avec cette organisation. Il jouera derrière des joueurs de centre comme Nicklas Backström et Evgeni Kuznetsov. On va sûrement lui confier des missions sur les unités spéciales et il se joint à une équipe qui, encore une fois, sera l’une des formations identifiées pour participer à la grande finale de la Coupe Stanley.

 

Quelques réflexions

Assister sur le parquet à la séance de repêchage des joueurs amateurs est une expérience intéressante. On a l’occasion de jaser avec les dirigeants des formations de la Ligue et on peut entendre plusieurs observations et quelques rumeurs.

Par exemple:

  • Ken Holland a réussi un tour de force en se libérant du contrat de Pavel Datsyuk. Pas étonnant qu’il affichait un large sourire en quittant l’arena de Buffalo vendredi soir.
  • Les Blackhawks, s’ils avaient eu un choix au premier tour, auraient probablement sélectionné Julien Gauthier...
  • Les Blue Jackets de Columbus ont surpris tout le monde en sélectionnant Pierre-Luc Dubois au troisième rang du premier tour. Tout le monde prévoyait que Dubois serait sélectionné par les Canucks de Vancouver au cinquième rang. Une décision étonnante de Jarmo Kekäläinen, un Finlandais, de choisir Dubois alors que Jesse Puljujarvi semblait le choix logique...
  • Six joueurs de la région de St. Louis ont été recrutés au cours de la première ronde: abso­lument renversant! Il faut préciser que les joueurs des Blues s’impliquent dans le hockey mineur et qu’ils apportent leur collaboration au développement des jeunes patineurs. Bravo!
  • Incroyable l’histoire de Jakob Chychrun. À l’âge de 13 et 14 ans, alors que la famille habitait la région de Fort Lauderdale, Jakov et sa mère devaient se rendre à Detroit afin de permettre au jeune joueur de pouvoir évoluer dans les ligues de compétition...

À moins d’un événement majeur, il s’agit de ma dernière chronique de la saison. Encore une fois, je remercie les dirigeants du Journal de Montréal de m’offrir un rendez-vous hebdomadaire avec vous, chers lecteurs, une expérience que j’apprécie au plus haut point et qui me permet de garder le contact avec les gens du Québec.

J’espère vous retrouver à l’automne. Encore une fois, un gros merci.