/misc
Navigation

VW: on dort au gaz

Coup d'oeil sur cet article

Le scandale des logiciels truqués chez Volkswagen ne semble pas intéresser les gouvernements du Canada et du Québec. Ces derniers n’ont toujours pas déposé de poursuites devant les tribunaux visant à dédommager les consommateurs floués. Rien.

Incroyable. Neuf mois après le dévoilement de ce scandale planétaire avoué, aucune poursuite contre Volkswagen n’a encore été déposée à ce jour par nos ministères de la Justice. On attend...

Dans le monde juridique, on n’en revient toujours pas de l’«inaction» et du manque de «leadership» de la part de nos autorités gouvernementales dans ce dossier. On a un constructeur qui a triché et qui a avoué avoir fraudé et pollué délibérément l’environnement pendant des années. Au lieu de foncer devant les tribunaux pour faire appliquer nos lois et le faire payer, nos gouvernements demeurent les bras croisés.

«Quel message envoient nos gouvernements aux autres entreprises tricheuses au Canada?» se demande un avocat qui connaît très bien le dossier Volkswagen pour y avoir travaillé de près.

Quatre actions collectives

Jusqu’à présent, quatre actions collectives ont été déposées contre Volkswagen au Québec. Trois actions concernent le sort des consommateurs. Une autre action poursuit le fabricant allemand pour les dommages environnementaux causés par ce scandale de tests antipollution.

Au Québec, ce n’est pas le ministère de l’Environnement avec son flamboyant ministre David Heurtel qui poursuit Volkswagen au nom des citoyens du Québec pour les dommages environnementaux, mais bien l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), défendue par la firme d’avocats Bouchard Pagé Tremblay de Québec.

Chez Volkswagen Canada, un porte-parole Thomas Tetzlaff a indiqué récemment que l’accord proposé aux États-Unis pourrait s’appliquer éventuellement au Canada. Mais rien n’est sûr puisque hier, un autre porte-parole de Volkswagen a de son côté laissé entendre que l’accord pour les États-Unis n’allait pas s’appliquer à d’autres pays. Ce sera du cas par cas.

Selon les estimations, quelque 100 000 voitures truquées, équipées d’un moteur diesel quatre cylindres de marques Volkswagen et Audi construites entre 2009 et 2015 ont été vendues au Canada.

Facture de 15 milliards $ US

Pendant ce temps, aux États-Unis, le gouvernement américain, qui a bougé rapidement contre Volkswagen, vient d’obtenir une offre de près de 15 milliards $ US sur la table. Dans un plan d’indemnisation,Volkswagen propose notamment aux 480 000 propriétaires de voitures truquées de se faire racheter leurs véhicules ou de les faire réparer aux frais du constructeur. Les propriétaires de Volkswagen pourront également recevoir des indemnités en argent pouvant aller jusqu’à 10 000 $ US chacun.

La facture du volet indemnisation s’élève à 10 milliards $ US. Volkswagen ajoute 2,7 milliards $ US pour «remédier intégralement» aux conséquences des émissions de gaz polluants de ses voitures. Volkswagen offre aussi 2 milliards $ US à un fonds de promotion des voitures «vertes» à zéro émission.

Volkswagen n’est toutefois pas sorti de l’auberge. Le département américain de la Justice a ouvert une autre enquête pénale et des actions collectives ont aussi été déposées. À l’échelle planétaire, Volkswagen a reconnu avoir truqué 11 millions de tests antipollution de ses voitures diesel. Partout sur la planète, des recours ont été déposés contre Volkswagen par les autorités judiciaires des pays concernés. Au Canada et au Québec, toujours rien. C’est le silence radio. On continue de dormir au gaz.