/sports/rio2016
Navigation

«Accro» au café

Coup d'oeil sur cet article

Depuis mon premier contact avec un ballon jusqu’à aujourd’hui, ma passion m’a menée jusqu’au niveau international en soccer. J’ai découvert qu’il est possible de viser la perfection dans une tout autre discipline: le café.

Mon goût pour le café s’est développé au fil de mes expériences dans les «coffee shop», mais aussi à travers le monde. En Italie, en Suède, ou dans n’importe quelle région d’un pays que je visite, j’aime découvrir de nouvelles saveurs. En essayant un peu partout, j’arrive à cibler mes préférences et à étendre mon savoir sur le café.

Dans un avenir rapproché, j’ai l’intention d’ouvrir mon propre café. J’ai mon idée en tête. Ce sera un café accessible à monsieur et madame Tout-le-monde et annexé à un «gym».

Je connais ce que j’aime, mais il est important, entre-temps, que j’approfondisse mes connaissances concernant les différentes familles de café afin de bien servir les clients dans leurs intérêts.

L’expérience d’Alex

Durant les deux ou trois dernières années, à force de côtoyer des amis et des coéquipières au soccer, je suis devenue leur référence. Les gens savent que j’adore le café. S’il y a des trucs d’humour portant sur le café qui circulent sur Facebook, on me «tag». La première personne à qui ils pensent, c’est moi.

Quand je suis revenue de ma saison professionnelle en Suède, l’automne dernier, une personne qui connaissait ma passion pour le café m’a permis de rencontrer Alex Sereno de Café Barista à Montréal.

On m’a fait visiter leurs locaux. J’ai découvert le procédé de torréfaction de leurs grains qu’ils importent, les mélanges, les combinaisons des saveurs, etc. J’ai appris comment me servir d’une machine à espresso et comment faire mousser le lait parfaitement. Ça a été une expérience passionnante. Quand je suis ressortie, je me suis dit: c’est malade!

Me voici ambassadrice!

Puis, Alex m’a dit qu’il donnait un coup de main à des espoirs olympiques en les nommant «ambassadeurs caféinés». En partant, je me suis dit: j’aimerais ça, moi aussi, devenir une de ses ambassadrices. Je l’ai rappelé pour lui demander ce que ça prenait.

«Tu as le profil qui correspond», m’a répondu Alex. «Tu choisis la saveur que tu veux et on appose ton visage sur le produit. Et c’est comme ça que je suis devenue membre du club des «Ambassadeurs caféinés» au même titre qu’Amélie Kretz, Alizée Brien, Joanna Brown, Lex Albrecht et Ariane Fortin.

Depuis ma rencontre avec Alex, je me suis acheté la «Cadillac» des machines à café. Je bénéficie de leur expertise et de leur support. J’ai mon moulin et j’apprends même à moudre mon grain à la grosseur adéquate selon le degré de l’humidité dans la maison.

Je poursuis mon éducation. Vraiment, j’en ai fait du chemin depuis le premier café que j’ai bu au cégep!

Je ne sais pas si j’aurai le temps d’essayer les cafés au Brésil durant les Jeux. Ça demeure un tournoi olympique et toute notre attention portera sur la compétition. On va vivre dans des endroits plus retirés et il sera peut-être difficile d’avoir accès à un bon «coffee shop».

Je ne ferai pas l’impossible, mais si je me trouve à proximité de quelque chose d’intéressant, je pourrais me laisser tenter...

— Propos recueillis par Alain Bergeron