/opinion/columnists
Navigation

Les enfants n’appartiennent pas à leur mère

Les enfants n’appartiennent pas à leur mère
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

C’est rare que j’écrive pour attirer votre attention sur une pétition qui circule sur internet, mais je le fais exceptionnellement aujourd’hui...

Connaissez-vous Lise Bilodeau ?

Cette femme extraordinaire, présidente de l’Action des nouvelles conjointes et des nouveaux conjoints du Québec, se bat bec et ongles depuis des années pour défendre – entre autres causes – les droits des pères à voir leurs enfants après une séparation.

En avril dernier, madame Bilodeau a déposé une pétition demandant que la garde partagée soit appliquée par défaut en cas de séparation des parents – si les deux parents sont aptes à prendre soin des enfants, bien sûr.

(Si l’un des parents est violent ou toxicomane, la garde serait accordée à l’autre parent­­...)

Pourquoi je vous parle de cette pétition aujourd’hui ? Parce qu’on a jusqu’au 25 juillet pour la signer sur le site­­ de l’Assemblée nationale du Québec­­.

« CE SONT MES ENFANTS »

Quand je me suis séparé de la mère de mes deux filles, il y a 14 ans, les choses se sont très bien passées. Mon ex ne s’est pas battue pour m’empêcher de voir mes enfants.

Les candidats à la direction du PQ devraient appuyer cette pétition... 

Malheureusement (je ne me ferai probablement pas d’amies chez certaines féministes en disant cela, mais tant pis, c’est la vérité), ce ne sont pas toutes les mères qui agissent de la sorte lors d’une séparation – surtout une séparation qu’elles n’ont pas amorcée elles-mêmes.

Plusieurs se comportent comme si les enfants leur appartenaient. «J’ai porté ces enfants pendant neuf mois, je leur ai donné naissance ? Alors ils sont à moi. Le père est un accessoire dont ils peuvent se passer...»

Madame Bilodeau (qui conseille des parents séparés depuis des années) va encore plus loin que moi. Elle dit que dans plusieurs cas, les mères prennent leurs enfants en otage pour une simple question d’argent.

Elles ne veulent pas accorder une garde partagée afin de s’assurer de recevoir une pension.

Une façon de faire payer leur ex pour sa décision...

LES AVOCATS PROTÈGENT LEURS POCHES

Un député conservateur a déposé un projet de loi allant dans le sens de cette pétition en 2009, mais il s’était heurté à l’opposition du Barreau du Québec et du Canada.

Pas étonnant... Qui a intérêt à faire durer la chicane entre des parents qui viennent tout juste de se séparer ? Qui risque de perdre de grosses sommes d’argent si les tribunaux accordent­­ la garde partagée automatiquement, par défaut ?

Les avocats! Ils ne pensaient pas à l’intérêt de leurs clients, ni à celui de leurs enfants, mais à leur portefeuille, point.

Maudite belle conception de la justice...

Bref, sept ans après cet échec annoncé, madame Bilodeau remet cette question sur le tapis et demande à la population de l’appuyer.

LE PQ DEVRAIT L’APPUYER

Je lance une idée, comme ça...

Pourquoi les candidats à la direction du PQ n’appuient-ils pas officiellement cette pétition ?

Après tout, leur ancien chef n’a-t-il pas accepté d’abandonner son rêve le plus cher pour se rapprocher de ses enfants ?

N’a-t-il pas quitté un poste qu’il convoitait de tout son cœur pour améliorer ses chances d’obtenir la garde partagée de ses enfants ?

Ça serait un magnifique signal à envoyer­­ à tous les pères aimants du Québec...