/news/society
Navigation

Plus d’un million de dollars amassés par La Ruche

Le financement participatif fait ses preuves au Québec

ARG-LA RUCHE
Photo d’archives  Le cofondateur Jean-Sébastien Noël estime que le succès de La Ruche est d’abord et avant tout un succès collectif.

Coup d'oeil sur cet article

La plateforme de financement participatif La Ruche a amassé plus d’un million de dollars en capitaux qui ont servi à réaliser plus de 103 projets dans la région de Québec depuis trois ans.

Pour le cofondateur et responsable, Jean-Sébastien Noël, l’atteinte de cet objectif marque une nouvelle étape pour La Ruche qui exporte maintenant son modèle d’affaires du côté de la métropole.

Avec le don anonyme de 130 000 $, qui a permis à la clinique sans médecin Sabsa d’éviter la fermeture, La Ruche a été en mesure de franchir le cap de son premier million de dollars, amassés auprès de 9000 donateurs au fil des mois pour différents projets. Dans le cas de Sabsa, il s’agissait du plus important don effectué depuis la création de la plateforme.

«C’est très impressionnant de constater à quel point la population s’implique dans les projets des autres», s’est réjoui M. Noël.

« Lieu de rencontre »

Depuis son lancement, La Ruche a fait son petit bonhomme de chemin dans l’univers du financement participatif. Aujourd’hui, près de 59 % des projets qui passent par La Ruche atteignent ou même dépassent leur objectif par rapport à d’autres sites bien connus comme Kickstarter qui affiche un taux de réussite de 36 %.

«Il y a des projets qui n’ont pas atteint 100 pour 100 de leur financement, mais qui ont bénéficié de la visibilité de La Ruche pour se faire connaître. Avec 25 000 à 30 000 visiteurs uniques par mois, tu ne peux pas sortir perdant d’une campagne de crowdfounding.»

Selon M. Noël, la forte majorité des projets qui ont vu le jour par l’entremise de La Ruche sont toujours actifs.

Maintenant que la plateforme est en mesure de recevoir des projets de la région de Montréal, les instigateurs de La Ruche veulent continuer de s’ouvrir aux autres régions du Québec. Après Québec, Montréal et la Mauricie, ce sera au tour de l’Estrie, l’Outaouais, le Bas-Saint-Laurent et le Saguenay à soumettre leurs idées sur La Ruche dès cet automne.

«On n’invente pas d’argent ni de projet. On offre un lieu de rencontre où chaque contribution a son importance, car elle peut servir à changer la vie de quelqu’un», a renchéri le cofondateur.

Le Mouvement Desjardins s’est d’ailleurs associé à La Ruche dans le cadre d’un projet pilote qui servira à évaluer comment le financement participatif peut compléter le financement conventionnel.

 

Quelques chiffres sur La Ruche

  • 1 130 733 $ récoltés jusqu’à présent
  • 8973 contributions
  • 10 470 $ récoltés en moyenne par projet
  • Plus jeunes promoteurs: Marilou Toutou (9 ans) et Apiculture Urbaine Filion et Filles (12 et 14 ans)
  • Projet ayant atteint son objectif en moins de 24 heures: Nina Pizza
  • Les plus gros projets sociaux: Sabsa et Pour Toit-Deuil Jeunesse
  • Les plus gros projets d’entreprise: Griendel Brasserie artisanale et La Pièce