/news/society
Navigation

Maison des Oeuvres Jean Lafrance: les travaux commencent

Maison des Oeuvres Jean Lafrance: les travaux commencent
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La première pelletée de terre pour le lancement des travaux de la nouvelle maison des Œuvres Jean Lafrance a été effectuée lundi matin, en la présence de l’ex-premier ministre, Jean Charest, président de la campagne de financement.

La maison de l’organisme, qui est venu en aide à plus de 800 garçons en difficulté, sera bâtie juste à côté du Collège Champigny, sur un terrain appartenant aux Frères du Sacré-Coeur. Les travaux devraient commencer cet automne. Un montant de 800 000 $ a été amassé à ce jour, pour le projet évalué à plus 1,7 M$.

D’ailleurs, depuis 2010, les jeunes qui sont soutenus par l’organisme sont accueillis à cette école privée.

Trois d’entre eux ont procédé à la première pelletée de terre, au côté de M. Charest et du fondateur de l’organisme, Jean Lafrance.

«On pose un geste symbolique extrêmement important, qui a changé la vie de beaucoup de personnes», a indiqué l’ex-premier ministre. «J’ai rencontré, je pense, chaque génération de jeunes qui habitaient la maison. Je les ai revus, plus tard. Ils m’ont raconté comment leur vie avait changé», poursuit-il, mentionnant que les Œuvres Jean Lafrance étaient «une des plus belles œuvres» qu’il a eu l’occasion de connaître ces 15 dernières années.

Avec 50% des sommes amassés, l’ex premier ministre se mettra  la tâche sous peu pour compléter le tout.

«On arrive à l’étape où j’aurai à solliciter des donateurs, on se fait une liste», a mentionné M. Charest.

Le fondateur se réjouit de voir le fruit de ses efforts après 20 ans de travail auprès de jeunes en difficulté

«Chaque jeune qui va donner son coup de pelle, c’est l’avenir de demain», s’est réjoui l'abbé Lafrance.

Il a d’ailleurs profité de l’occasion pour saluer l’appui de longue date du Centre jeunesse de Québec à son projet de maison, qui était  perçu comme ambitieux à l’époque. «Il y a 20 ans, ils ont dit; bon! Le curé capote», lance-t-il à la blague.

La maison actuelle, qui avait été ouverte en 1998 dans un ancien presbytère construit en 1926, se trouve au pied de la Pente-Douce, dans le quartier Saint-Sauveur. Elle est devenue désuète et c’est la raison pour laquelle elle sera remplacée par le nouveau projet.

L'ancien premier ministre a profité de l'occasion pour répondre brièvement aux questions des journalistes, sur le dossier de la C Series. Interrogé également sur le fonds d'aide pour Nathalie Normandeau, M. Charest n'a pas voulu faire de commentaire.