/finance/business
Navigation

Des sociétés canadiennes auraient enfreint des droits humains

Elles sont l’objet de plaintes aux Philippines en lien avec les changements climatiques

Coup d'oeil sur cet article

Des pétrolières canadiennes doivent répondre à des allégations de violation des droits de la personne en raison de leur contribution aux changements climatiques.

Elles font partie des 47 «carbon majors», de grandes entreprises privées émettrices de gaz à effet de serre (GES), visées par une plainte qui a été déposée mercredi devant la Commission des droits de l’homme des Philippines (CDHP).

Les plaignants soutiennent que ces compagnies sont en grande partie responsables des bouleversements climatiques qui ont privé des millions de Philippins de leurs droits fondamentaux, dont celui à la vie, à l’eau potable et à un logement convenable.

Les Philippines sont l’un des pays les plus vulnérables aux catastrophes écologiques attribuées à la hausse des températures globales, font valoir les plaignants.

Le recours vise notamment les géants énergétiques Chevron, ExxonMobil, BP, Royal Dutch Shell et Total ainsi que les compagnies canadiennes Suncor, EnCana, Canadian Natural Resources et Husky Energy.

Selon les organisations environnementales et les survivants de catastrophes naturelles à l’origine de la plainte, ces entreprises sont responsables d’une augmentation de 21,57 % des émissions de GES mondiales entre 1751 et 2013.

Les auteurs de la pétition demandent notamment à la CDHP d’obliger les entreprises visées à soumettre des plans pour prévenir et éliminer les violations des droits de la personne découlant des impacts des changements climatiques.

Démarche inédite

Selon Greenpeace, il s’agit d’une démarche juridique inédite puisque «c’est la première fois qu’une cour des droits de l’homme se saisit de la question du réchauffement climatique et de la responsabilité d’entreprises privées».

La Commission devrait entreprendre des audiences publiques au mois d’octobre.

Selon The Guardian, sur les 47 compagnies qui recevront une assignation à comparaître, seules les 10 sociétés ayant des bureaux aux Philippines auront l’obligation de se présenter aux audiences. Aucune des entreprises canadiennes mentionnées précédemment n’en fait partie.