/finance/business
Navigation

Le Monastère des Augustines: meilleur lieu de ressourcement au monde, selon National Geographic

L’entrée rénovée du monastère des Augustines
Photo Pierre-Olivier Fortin L’entrée rénovée du monastère des Augustines

Coup d'oeil sur cet article

Oubliez les rituels incas du Pérou, les eaux thermales de Bath en Angleterre ou la zénitude du désert marocain. Pour se ressourcer, le meilleur endroit au monde est situé entre les murs du Vieux-Québec.

À peine vient-il d'ouvrir que le Monastère des Augustines, qui offre des séjours de ressourcement au cœur du Vieux-Québec, récolte les honneurs. Dans son édition Traveler d'août-septembre 2016, le prestigieux magazine National Geographic lui décerne la palme de la meilleure expérience touristique de ressourcement au monde, parmi 11 destinations!

Monastère «cool»

«Le monastère offre la sérénité d'un couvent, mais avec la possibilité d'ajouter du yoga ou du scrapbooking», écrit National Geographic, qui vante la restauration du monastère «cool». «Les soeurs augustines, pionnières des soins de santé, ont fondé là au 17e siècle le premier hôpital en Amérique du Nord en dehors du Mexique», pointe le magazine.

Le Monastère s'est taillé la première place devant un rituel inca près de Machu Pichu, les eaux thermales curatives de la cité de Bath, utilisées depuis la période celte et reconnues au patrimoine mondial de l'UNESCO, et les bains de sable régénérateurs réalisés par les Berbères à Merzouga dans le désert du Sahara au Maroc.

Un honneur

«C’est très encourageant. C’est tout un honneur pour nous», lance spontanément Caroline Maheu, responsable des communications au Monastère.

L’honneur survient pratiquement un an après l’ouverture au public. Le monastère a été fondé il y a 377 ans, après l’arrivée à Québec des trois fondatrices de la communauté des Augustines. La volonté du Monastère de s’implanter au niveau mondial comme un incontournable dans les séjours en santé holistique se concrétise, dit Mme Maheu.

Le Monastère permettra l’hébergement dans une soixantaine de chambrettes, anciennes cellules des Augustines. La moitié d’entre elles conserve le cachet d’époque. Les autres ont une allure plus moderne, mais avec le même souci de modestie propre à la communauté religieuse. Les nouvelles installations comprennent un musée, 1000 artefacts, un centre d’archives, des salles multifonctionnelles, un restaurant et une boutique.

Mission sociale

Le tout est sous la gouverne d’un organisme à but non lucratif et les surplus accumulés sont entièrement redistribués à la mission sociale qui donne du répit aux proches de malades, en leur offrant le gîte à prix modique, et aux aidants naturels, en leur permettant de prendre une pause au Monastère pendant qu'une ressource prend leur place auprès de leur proche.