/news/politics
Navigation

Martine Ouellet met les nationalistes en garde contre le «mirage» de la CAQ

Martine Ouellet
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Martine Ouellet invite les nationalistes québécois à ne pas se laisser berner par les nouveaux pouvoirs que la CAQ promet d’aller chercher à Ottawa.

QUÉBEC – Martine Ouellet invite les nationalistes québécois à ne pas se laisser berner par les nouveaux pouvoirs que la CAQ promet d’aller chercher à Ottawa.

La candidate à la chefferie péquiste est convaincue que le parti de François Legault ne réussira jamais à obtenir une plus grande autonomie pour le Québec à l’intérieur de la fédération canadienne.

«Les Canadiens ne veulent rien savoir de donner plus de pouvoirs au Québec, donc ce que la CAQ propose aux nationalistes, c’est un mirage, a déclaré Mme Ouellet en entrevue exclusive à l’Agence QMI. Avec la CAQ, c’est les Canadiens qui vont décider des pouvoirs pour le Québec. Moi, je n’en reviens pas. C’est une vraie mentalité de colonisés!»

L’aspirante-chef croit que c’est uniquement en réalisant l’indépendance que le Québec pourra aller chercher l’ensemble des pouvoirs nécessaires à son développement économique, social et environnemental.

Mettre fin au flou

Persuadée que le flou entretenu par le Parti québécois (PQ) à l’égard de la souveraineté a poussé de nombreux électeurs dans les bras de la CAQ, d'Option nationale et de Québec solidaire, Martine Ouellet pense être en mesure de rassembler les forces nationalistes en promettant de réaliser l’indépendance lors d’un premier mandat.

«L’indépendance assumée va permettre la convergence et le rassemblement des nationalistes québécois en 2018 [et] c’est la raison pour laquelle je ne donne pas cher de la peau de la CAQ aux prochaines élections», a-t-elle dit.

À l’inverse cependant, l’élection d’un chef maintenant le flou vis-à-vis de l’indépendance conduirait le PQ à une autre débâcle électorale, a prévenu la candidate.

«Que ce soit Jean-François Lisée qui tasse l’indépendance à plus tard [...] ou Alexandre (Cloutier) et Véronique (Hivon) qui restent dans l’ambiguïté jusqu’à la toute dernière minute [...] pour moi, c’est très clair que ça va mener à la continuité de la fragmentation du Parti québécois et à l’échec en 2018», a analysé la députée de Vachon.

Des électeurs pragmatiques

Même si les nationalistes qui appuient la CAQ ne partagent pas nécessairement ses idées progressistes ni son empressement à faire du Québec un pays, Martine Ouellet est confiante de pouvoir les rassembler sous la bannière péquiste.

«Les électeurs caquistes sont très pragmatiques et [ils vont embarquer] si on leur explique que l’indépendance va faire toute la différence au quotidien en amenant plus d’investissements au Québec, plus d’emplois», a-t-elle soutenu.