/news/transports
Navigation

Le troisième lien est le projet des radios, laisse tomber le président de la Chambre de commerce de Québec

Le troisième lien est le projet des radios, laisse tomber le président de la Chambre de commerce de Québec
Archives Le Journal de Québec, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le troisième lien, «y’a des radios qui en parlent, mais pour le milieu d’affaires, ce n’est pas un enjeu», laisse tomber le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.

C’est pour cette raison qu’Alain Aubut, est «extrêmement surpris» du revirement du maire de Québec dans ce dossier. Alors que Régis Labeaume donnait l’impression de s’opposer à un troisième lien entre Québec et Lévis, il a précisé, lundi, que ce n’était pas le cas. Le maire de Québec est toujours contre un tunnel de 4 milliards $, mais il a laissé entendre, en restant vague, qu’il avait derrière la tête un projet différent pour relier les deux rives.
 
«Pourquoi il revient là-dessus? Je ne sais pas ce qu’il a en tête», réagit M. Aubut.

«Ça m’a beaucoup surpris.»
 
Il répète que selon lui, ce projet n’est pas prioritaire. Il va plus loin en ajoutant que ce n’est pas la solution à court terme. «Ça ne décongestionnerait pas les ponts» puisque le gros du trafic vient des secteurs Sud et Ouest, et donc, de nombreux automobilistes n’auraient rien à gagner d’un troisième lien. Le secteur Ouest de la ville perdrait aussi de la valeur.
 
À plus long terme, comme des spécialistes de l’aménagement urbain l’ont déjà dit, on assisterait à une migration de population vers l’Est, ce qui augmenterait la pression sur le réseau routier de ce secteur déjà fortement engorgé, qu’on pense au secteur Beauport de l’autoroute Félix-Leclerc.
 
«Ce n’est pas vrai que ça améliorerait la fluidité des gens! Il faut être plus créatif que juste ajouter des autoroutes, et tomber dans les mêmes goulots d’étranglement!» insiste M. Aubut.
 
Dans le domaine des transports et de la mobilité, la Ville «manque de cohésion et de planification», selon Alain Aubut. La ville s’est dotée d’un plan de mobilité durable, c’est vrai, mais celui-ci devrait être «réactualisé» et il faudrait «accélérer sa mise en place».
 
Il donne l’exemple du SRB, un dossier qui traîne de la patte, à son avis. Il rappelle que Montréal a un projet de tramway plus ambitieux qui devrait être réalisé plusieurs années avant le SRB de Québec. «Quand on a la volonté de faire des choses, on devrait avoir la volonté pour les faire rapidement», plaide-t-il.
 
Il croit que Québec a besoin d’un «plan d’action global» qui aborderait la question de la mobilité sous tous ses angles, y compris celui d’un troisième lien, éventuellement.
 
En attendant, il évoque plusieurs petites solutions qui pourraient donner de grands résultats, selon lui. Il pense entre autres au réaménagement des horaires de l’université Laval, des cégeps et des entreprises pour éviter que tous ne se retrouvent dans le chemin en même temps.
 
Interdire la circulation des poids lourds pendant les heures de pointe aurait aussi donné de bons résultats ailleurs, suggère M. Aubut.