/news/currentevents
Navigation

Les Apôtres de l'amour infini à Grosses-Roches

Coup d'oeil sur cet article

Un édifice à l'abandon depuis de nombreuses années vient d’être acquis par les Apôtres de l'amour infini à Grosses-Roches au Bas-Saint-Laurent.

L’ancien bâtiment industriel est situé sur la route 132 et a été acheté il y a quelques jours au coût de 300 000 $. Inoccupé depuis longtemps, il a déjà abrité une usine d'équipements de télécommunication et une usine de transformation de produits de la mer.

Depuis la conclusion de la transaction, la municipalité n'a reçu aucune demande de permis de construction permettant de savoir ce que les Apôtres de l'amour infini entendent faire de l'ancien bâtiment industriel.

Le zonage actuel permettrait autant un usage commercial, industriel que résidentiel.

Il faut dire que la secte religieuse, dont la maison-mère est à Saint-Jovite dans les Laurentides, depuis le début des années 1960, a la réputation d'être très discrète.

Elle s'est cependant retrouvée devant les tribunaux à de nombreuses reprises au cours des dernières années.

D'anciens membres l'ont notamment poursuivie après avoir subi des agressions physiques, sexuelles et psychologiques, alors qu'ils étaient enfants et qu'ils vivaient dans la secte.

À Grosses-Roches, cette acquisition amène bien des questions et bien peu de réponses.

«Les citoyens le savent, c’est devenu public très rapidement et comme on le sait, dans les villages, les nouvelles vont vite. Notre plus grand espoir c’est que s’ils l’ont acheté, qu’ils en fassent quelque chose, qu’ils le rénovent, que ça devienne ou un outil pour eux autres, ou un outil pour notre communauté, mais que ça cesse de se dégrader. S’ils peuvent mettre en évidence la qualité du paysage et bien tant mieux», affirme le maire de Grosses-Roches, André Morin.

Quelles sont les visées de la secte religieuse à Grosses-Roches?

Impossible d'en apprendre plus de la part du père Mathurin de la mère de Dieu, ou Michel Lavallée de son vrai nom, président des Apôtres de l'amour infini selon le Registre des entreprises du Québec, qui n'a pas rendu nos appels.