/slsj
Navigation

Le chanteur des Gendarmes n’est plus

Atteint d’un cancer généralisé, Guy Harvey est décédé mercredi après-midi

Atteint d’un cancer généralisé, Guy Harvey s’est fait connaître avec le groupe Les Gendarmes.
Photo d’archives Agence QMI Atteint d’un cancer généralisé, Guy Harvey s’est fait connaître avec le groupe Les Gendarmes.

Coup d'oeil sur cet article

La région a perdu l’une de ses plus belles voix, celle de Guy Harvey, qui s’est fait connaître avec le groupe Les Gendarmes dans les années 60.

Atteint d’un cancer généralisé, Guy Harvey est décédé mercredi après-midi.

«C’était le meilleur père du monde. Il m’a tout montré», confie son fils, Pierre, qui fait lui aussi carrière dans la chanson.

«C’était l’un des meilleurs chanteurs que j’ai connus», témoigne pour sa part Gilles Girard, des Classels.

Les deux hommes se sont connus dans les années 60, alors que leurs deux groupes étaient au-devant de la scène québécoise, avec César et les Romains, les Bel Canto et Les Sultans.

«C’était un gars gêné, qui ne dérangeait pas personne. Un «mosus» de bon gars, un gentil monsieur, qui ne disait pas un mot plus haut que l’autre. Il aurait pu faire encore plus comme carrière s’il n’avait pas été aussi gêné», estime M. Girard.

Ne me quitte pas, Carole

Guy Harvey était originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean et il a d’ailleurs fait partie de différentes formations régionales – comme le Quatuor populaire et Les Kambo – avant de devenir la voix des Gendarmes.

À leurs débuts, les membres du groupe étaient facilement repérables en raison de leurs costumes de scène, semblables aux habits des gendarmes français.

Les Gendarmes ont proposé deux chansons en 1965 – Reviens vers moi et C’est bon d’avoir 20 ans –, mais c’est la chanson Ne me quitte pas, sortie l’année suivante, qui a fait exploser leur cote de popularité.

Le groupe a enchaîné quelques succès par la suite, dont Carole, Petit Démon, et Les Bras d’acier.

« J’aurais aimé ça être là »

Gilles Girard, qui a connu Guy Harvey au début de sa carrière, avait gardé un excellent contact avec celui qu’il a vu pour la toute dernière fois il y a une semaine.

«Je suis allé le voir à l’hôpital; il se réveillait, se rendormait... Je ne suis pas resté longtemps, je ne voulais pas le fatiguer.»

Gilles Girard a rendu visite à son ami hospitalisé à quelques reprises au cours des dernières semaines.

«Je lui avais amené un poster des Gendarmes pour qu’on le mette dans sa chambre, pour que les gardes sachent qui c’était», raconte le chanteur des Classels.

Il y a encore tout juste deux semaines, Guy Harvey devait monter sur scène – aux côtés de Gilles Girard et de Jean Nichol, – pour un spectacle organisé dans le cadre du festival des montgolfières de Gatineau. Trop malade, c’est son fils, Pierre, qui a remplacé Guy Harvey.

«Pierre a la même voix. Il parle comme lui, il chante comme lui. Il a fait toutes les chansons de son père. On en a profité pour faire un hommage à Guy, raconte Gilles Girard, qui s’est ensuite rendu au chevet de Guy Harvey, pour lui raconter le déroulement de la soirée et la façon dont Pierre avait assuré sur scène.

«Il m’a dit: Je suis content, mais j’aurais aimé ça être là.»

Guy Harvey avait deux enfants, Pierre et Audrey, ainsi que trois petites-filles.

La famille du chanteur – qui résidait dans les Laurentides – était déjà durement éprouvée par le décès, le mois dernier, de Mme Gisèle Lessard, la conjointe de Guy Harvey, originaire d’Alma.

Une cérémonie en leur mémoire sera d’ailleurs organisée prochainement au Saguenay.

«Ils ont été 60 ans ensemble. C’était deux inséparables», conclut leur fils Pierre.