/news/currentevents
Navigation

Un sergent de l’armée canadienne condamné pour pornographie juvénile

Militaire Forces armées
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

BELLEVILLE, Ontario – Un sergent des Forces armées canadiennes basé à Trenton, en Ontario, a été jugé coupable jeudi d’avoir eu l’intention d’agresser sexuellement un enfant, a rapporté le Belleville Intelligencer.

Plus précisément, David Rodwell, 57 ans, a été déclaré coupable de trois chefs d’accusation, soit d’avoir pris des dispositions pour agresser sexuellement un mineur, de possession de matériel pornographique impliquant des enfants et de production de pornographie juvénile.

Technicien en armement, le sergent Rodwell s’est fait pincer au printemps 2015, alors qu’il s’est mis à discuter en ligne avec la mère d’un enfant de trois ans, qui se disait prête à organiser une rencontre sexuelle entre son enfant et le militaire à San Francisco.

En réalité, la «mère» s’est révélée être un agent du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (Homeland Security). Le militaire canadien a été arrêté deux semaines après cette conversation en ligne, le 4 juin 2015.

Lors d’une perquisition menée au domicile de David Rodwell, les policiers ont saisi un ordinateur qui contenait cinq vidéos et 33 photos relatives à de la pornographie juvénile.

L’enquête a également démontré que le sergent Rodwell correspondait régulièrement sur internet avec des mères prêtes à «louer» leur enfant pour des relations sexuelles.

Pour sa défense, le technicien a affirmé qu’il menait ces échanges dans le but de comprendre ce qui pouvait pousser des mères à agresser sexuellement leurs enfants, afin de s’expliquer les sévices qu’il aurait lui-même subis dans son enfance.

«Le ton salace et le contenu troublant de ces discussions et la nature horrible des images qu’il a regardées et commentées font contraste au témoignage de M. Rodwell, voulant qu’il ne ferait pas de mal à un enfant», a souligné la juge Elaine Deluzio.

Aussi, lors de ses nombreuses conversations, il n’a jamais posé la moindre question à qui que ce soit pour savoir pourquoi il trempait dans le milieu de la pornographie juvénile.

Le militaire sera de retour en cour le 15 décembre pour connaître sa sentence.