/news/politics
Navigation

Langue française à la Davie: Fortin ne touchera pas à la Loi 101

Coup d'oeil sur cet article

Le chantier Davie suit son programme de francisation sous la supervision de l'Office québécois de la langue française, il n'y a donc pas lieu de renforcer la loi 101, croit le ministre responsable de la Protection de la langue française Luc Fortin.


«On suit très attentivement le processus de francisation de la Davie, il y a eu plusieurs rencontres, des employés siègent avec la partie patronale sur le comité de francisation, je me suis assuré auprès de l'OQLF qu'on ait une bonne collaboration de l'entreprise», a déclaré le ministre Luc Fortin, en entrevue avec Le Journal.

M. Fortin réagissait à une primeur du Journal révélant qu'un employé de la Davie demande à tous les députés de l'Assemblée nationale de renforcer la Charte de la langue française. Cet employé, M. Serge Lapointe, a logé trois plaintes à l'OQLF, depuis l'automne 2014, prétendant que la Loi 101 n'était pas respectée.

Depuis qu'ils ont acquis le chantier à l'automne 2012, les propriétaires sont en quête d'un certificat de francisation. L'entreprise démontre une réelle volonté de compléter le processus de francisation, a assuré le ministre.

Luc Fortin a tout de même demandé à l'OQLF d'inviter Davie à presser le pas. «Il y aura une correspondance acheminée à Davie pour faire le point sur les mesures de francisation et surtout leur demander d'accélérer le processus.»

Après avoir demandé à Davie de compléter son programme de francisation pour le 31 mai 2016, l'OQLF a confirmé au Journal que le programme n'est pas terminé. L'entreprise a toutefois satisfait à plusieurs demandes, signale Jean-Pierre Leblanc, porte-parole de l'OQLF.

«Les membres de la direction s'adressent en français aux employés, les réunions de travail se déroulent en français, les consignes de sécurité et les instructions de travail ont été francisées dans les ateliers, on s'assure d'obtenir la version française des fiches signalétiques, la prédominance du français est respectée dans l'affichage», a énuméré M. Leblanc.

Le seul correctif à apporter consiste à traduire un logiciel de gestion interne, ont fait savoir l'OQLF et Davie. Dans un courriel transmis au Journal, la direction de l'entreprise a soutenu qu'elle respecte la loi 101. «Le milieu de travail aux chantiers Davie est très majoritairement francophone et la Davie s'efforce de recruter des employés qui s'expriment en français et respecte la loi. Les emplois affichés par le chantier sont en français et en anglais et dans certains cas uniquement en français dépendamment du corps de métier. Tous les employés sont soumis à un test de français lors du processus de recrutement.»

En mars 2016, Le Journal rapportait que Davie recrutait son personnel en anglais et que la maîtrise du français était n'était ne faisait pas partie des exigences. Des correctifs ont été apportés.

Les députés de l'opposition ont demandé au gouvernement de donner plus de pouvoirs à l'OQLF. «On n'applique pas la loi dans son intégralité (...) Ça traîne depuis 2014 chez Davie, il faut donner plus de pouvoirs de coercition à l'OQLF pour le rendre plus persuasif», suggère le député péquiste Maka Kotto.

Le chef de la CAQ François Legault demande que la loi 101 soit appliquée. «Quand je vois que la loi n'est pas appliquée à la Davie, il est plus que temps que M. Couillard prenne ce dossier au sérieux.»