/news/politics
Navigation

Course au PQ: Martine Ouellet met les militants péquistes en garde

Martine Ouellet
Photo Simon Clark Martine Ouellet

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – L’élection d’Alexandre Cloutier, de Jean-François Lisée ou de Paul St-Pierre Plamondon à la tête du Parti québécois (PQ) porterait un dur coup au projet indépendantiste, croit la candidate Martine Ouellet.

«Pour la première fois, l'indépendance est compromise [...] Ce qu'affirment les trois autres candidats est dommageable [...] c'est même pas un repli stratégique, c'est un recul dommageable», a déclaré Mme Ouellet, mardi, lors d'un point de presse au cours duquel elle a fait le bilan de sa campagne à la chefferie.

L’aspirante-chef péquiste croit que ses adversaires font fausse route en entretenant le flou sur l’échéancier référendaire ou en reportant le projet de pays de plusieurs années.

«Le message que ça porte, c’est dire que pour gagner la prochaine élection, il faut abdiquer en notre capacité à réaliser l’indépendance, alors que c’est exactement le contraire. C’est en se branchant, en se connectant sur notre capacité à réaliser l’indépendance qu’on va battre Philippe Couillard en 2018», a-t-elle soutenu.

À la veille du début du vote qui permettra d’élire le successeur de Pierre Karl Péladeau, la députée de Vachon a fait appel aux convictions indépendantistes des militants péquistes.

«J’en appelle à tous les indépendantistes, à tous ceux et celles qui sont tannés d’attendre, tannés de tourner en rond, à tous ceux et celles qui veulent voir la réalisation du pays du Québec, a-t-elle dit. J’en appelle à tous ceux qui y croient [...] à ceux qui sont prêts à travailler, à aller de l’avant, à reprendre la marche de l’indépendance jusqu’à la victoire.»

Martine Ouellet est la seule des quatre candidats toujours en lice à s'engager à réaliser l'indépendance lors d'un premier mandat si elle est élue première ministre.