/news/politics
Navigation

Le gouvernement Couillard ne veut pas forcer l’Assemblée nationale à rendre des comptes

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard ne voit pas l’intérêt d’obliger l’Assemblée nationale à rendre des comptes sur son processus d’octroi de contrats, et ce, même si elle dispose d’un budget de 60 millions $ pour effectuer des travaux de rénovation.

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a indiqué jeudi que l’Assemblée nationale ne serait pas assujettie à la future Autorité des marchés publics (AMP), l’entité dont la création constitue la première recommandation de la commission Charbonneau et qui vise à améliorer la gestion contractuelle des organismes publics.

«Je ne vois pas l’intérêt. Je ne vois pas non plus la nécessité, a déclaré M. Leitao. L’Assemblée nationale est souveraine dans notre système [et] ce n’est pas à l’exécutif de [la] surveiller ou de [la] contraindre.»

Son propre processus

Le ministre a mentionné que l’Assemblée nationale avait son propre processus d’évaluation des appels d’offres. Il a ajouté que la décision d’assujettir ou non l’institution à un contrôle extérieur revenait au Bureau de l’Assemblée nationale (BAN), auquel siègent des représentants des trois principaux partis.

Carlos Leitao a tenu ces propos lors d’un point de presse conjoint avec son collègue Martin Coiteux, au cours duquel ils ont annoncé que le mandat de l’AMP serait étendu aux municipalités.