/investigations/finance
Navigation

Un «trou immense», selon la CAQ

Le projet de cimenterie à Port-Daniel est un « échec » aux yeux de François Legault

Periode des questions
Photo Simon Clark Le chef caquiste François Legault demande au gouvernement des informations supplémentaires sur le montage financier du projet de cimenterie à Port-Daniel.

Coup d'oeil sur cet article

Québec plonge les contribuables dans un «trou immense» avec le projet de cimenterie à Port-Daniel, qui est devenu un «échec», scande le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault.

M. Legault réclame au gouvernement de donner plus d’information sur le montage financier qui implique un appui de 615 M$ d’Investissement Québec et de la Caisse de dépôt et placement.

Jeudi, notre Bureau d’enquête relevait que le gouvernement était encore incapable de dire si le nouvel investisseur dans la cimenterie, le géant américain Black Rock, avait damé le pion aux contribuables pour le rang de remboursement en cas d’échec. La cimenterie, qui lancera ses activités cet hiver, connaît déjà un dépassement de coûts de 450 M$.

Cette semaine, le cabinet de la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, n’était pas en mesure de nous dire si Québec avait perdu un rang de créance avec l’arrivée, cet été de Black Rock, qui a injecté 125 M$. «Les discussions se poursuivent», nous avait-on dit. Le cabinet n’a pas ajouté de commentaire à ce sujet, jeudi.

«Jamais que Black Rock n’aurait investi 125 M$ avant que les conditions soient signées concrètement», a lancé le chef de la CAQ, qui juge ainsi que le Québec a effectivement glissé derrière Black Rock.

Mauvaise odeur

«Ce dossier sent mauvais depuis le début», poursuit-il, ajoutant que chaque emploi créé implique 1,5 M$ d’argent public. «Ça n’a aucun fondement économique (...) ç’a juste pas de bons sens», peste-t-il.

Questionnée par M. Legault au Salon bleu, la ministre Anglade a défendu le projet. «Il s’agit d’investir dans un projet pour bâtir l’avenir de la Gaspésie.»

M. Legault demandait à la ministre de confirmer qu’une perte de 116 M$ avait déjà été inscrite dans le projet. Mme Anglade a répondu qu’il s’agit d’une provision et non d’une perte, ce qui a mené à une joute de compétences comptables. Une provision est une «constatation d’une perte éventuelle ayant un caractère de probabilité suffisante», selon la définition comptable.

Tensions

«Tout prêt fait par Investissement Québec exige qu’il y ait une provision. Ce sont les bonnes règles comptables», a indiqué la ministre, ce que M. Legault a contesté.

«La ministre a la mauvaise habitude de voir des bonnes nouvelles même si les faits démontrent le contraire. Sa métamorphose libérale est maintenant complète», a envoyé le chef caquiste. À micro fermé, ce dernier a ensuite lancé à la ministre qu’elle «ne connaissait même pas ça» et qu’elle disait «n’importe quoi», attirant ainsi les murmures.