/news/politics
Navigation

Lisée veut se débarrasser du mode de scrutin «archaïque»

Jean-François Lisée
Photo Agence QMI, Simon Clark Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – S’il est élu à la tête du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée s’engage à interpeller dès la semaine prochaine les chefs des autres formations politiques afin d’adopter dans les plus brefs délais un nouveau mode de scrutin.

Le député de Rosemont a formulé cet ultime engagement, vendredi matin, à quelques heures du dévoilement de l’identité du successeur de Pierre Karl Péladeau. Selon lui, le scrutin majoritaire uninominal à un tour est «archaïque» et doit être réformé pour inclure des éléments de proportionnalité et de représentativité régionale.

«Nous avons en ce moment un gouvernement qui gouverne le Québec avec une minorité de voix et une minorité encore plus grande de voix exprimées. Alors, le système, il est brisé et c’est le temps de le réparer», a déclaré le candidat.

Dans l’éventualité où il était élu chef, Jean-François Lisée invitera les chefs du Parti libéral, de la Coalition avenir Québec, de Québec solidaire et d’Option nationale à signer un document en vertu duquel ils s’engagent à collaborer à la mise sur pied d’un nouveau mode de scrutin d’ici 2020.

L’élection de 2018 serait ainsi la dernière à être régie par le système actuel. L’aspirant-chef péquiste a rappelé que les principaux partis politiques s’étaient tous prononcés, à un moment où l’autre de leur histoire, en faveur d’un mode de scrutin proportionnel. M. Lisée croit donc être en mesure d’arriver à un consensus avec ses adversaires.

«Vous savez, on fait campagne, on se critique, on a des raisons de le faire, mais souvent, dans cet édifice derrière moi (le Parlement), des choses sont faites à l’unanimité pour la démocratie québécoise et ça, c’en est une, si je suis chef du Parti québécois, que je voudrais faire le plus tôt possible», a-t-il dit.