/world/usa
Navigation

La moitié des adultes américains sont dans une base de données de reconnaissance faciale

Même s’ils n’ont jamais commis un crime

La moitié des adultes américains sont dans une base de données de reconnaissance faciale
Artem - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une énorme base de données de reconnaissance faciale a été créée par les autorités américaines. Engadget rapporte que 117 millions d’Américains d’âge adulte s’y trouvent, donc un adulte sur deux, sans même avoir commis de crime dans le passé.

Un rapport choquant, effectué par le Center of Privacy and Technology de l’université Georgetown Law, a été dévoilé au grand jour où l’on apprend que les autorités américaines ont utilisé les permis de conduire pour bâtir une base de données de reconnaissance faciale. 

«16 états permettent au FBI d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour comparer les visages de suspects à des permis de conduire afin de créer une parade d’identification virtuelle des résidents de leurs états. Dans cette parade d’identification, ce n’est pas un humain qui identifie le suspect - c’est un algorithme.», explique le document. 

L’auteure de la recherche, Clare Garvie a indiqué qu’il n’y a pas de normes pour assurer l’exactitude de la technologie, et qu’il n’y a pas de systèmes pour vérifier ou contrôler les biais. 

La moitié des adultes américains sont dans une base de données de reconnaissance faciale
THE PERPETUAL LINE-UP

Plus troublant encore: plusieurs départements policiers explorent la technologie en temps réel avec des caméras de surveillance. Les visages de piétons sont scannés en temps réel, comme dans un film de science-fiction. Les agents peuvent également rechercher n’importe qui dans la base de données, pour une raison quelconque, sans que leurs requêtes soient questionnées ou vérifier. 

Engadget, se basant sur la recherche, explique que ceci pourrait être désastreux, en particulier pour les personnes qui ont tendance à être mal identifiées par ce type de technologie. Les systèmes de reconnaissance faciale sont connus pour commettre de nombreuses erreurs en identifiant les femmes, les personnes de race noire et les jeunes adultes entre 18 et 30 ans.

52 groupes des droits et libertés de l’homme ont envoyé des lettres au ministère grâce au rapport mené par Clare Garvie. Ils demandent au Département de la Justice d’enquêter les répercussions graves des systèmes de reconnaissance faciale sur les personnes qui n’ont pas la peau blanche. Ils mentionnent également que ces technologies sont utilisées lors des manifestations et des rassemblements, ce qui soulève d’importantes préoccupations concernant le premier amendement.