/news/currentevents
Navigation

Alice Paquet dit avoir été agressée deux fois par le député libéral Gerry Sklavounos

Alice Paquet raconte avoir vécu une descente aux enfers après les deux agressions sexuelles dont elle dit avoir été victime.
Photo Marie-Renée Grondin Alice Paquet raconte avoir vécu une descente aux enfers après les deux agressions sexuelles dont elle dit avoir été victime.

Coup d'oeil sur cet article

Alice Paquet soutient avoir été agressée non pas une, mais bien deux fois par le député libéral Gerry Sklavounos au printemps 2014. Dans une entrevue exclusive au Journal, elle se dit maintenant terrorisée et craint des représailles.

«J’ai peur, je me sens seule», a-t-elle confié jeudi lors d’un entretien de deux heures.

Alice Paquet avait 19 ans lors des gestes qu’elle allègue avoir subis. Elle travaillait durant la saison estivale comme hôtesse à l’Auberge Louis-Hébert, un établissement prisé des politiciens sur la Grande Allée, à Québec.

C’est là qu’elle aurait rencontré pour la première fois Gerry Sklavounos, un député libéral qui séjourne à cet hôtel lorsqu’il siège à l’Assemblée nationale.

Un soir, elle dit avoir accepté d’aller retrouver le député Sklavounos après le travail, afin de parler politique, dans un bar à proximité de l’auberge.

«Il était très gentil. Il m’a payé beaucoup de verres [au bistro] L’Atelier, raconte-t-elle. J’étais consciente qu’il voulait flirter. Je ne suis pas dupe. Je l’avais bien compris», indique Alice.

À sa chambre

Elle relate avoir ensuite accepté d’accompagner le député à sa chambre pour poursuivre la conversation. Ils discutaient et des rapprochements auraient eu lieu, mais elle soutient qu’il est allé un peu trop loin à son goût.

«On commence à s’embrasser, puis je lui dis que je n’ai pas envie d’avoir de relation sexuelle parce que je suis dans ma semaine et, de toute façon, je n’avais pas envie du tout», raconte-t-elle.

Mais c’est à ce moment, selon ses dires, qu’elle se fait agresser.

«Il m’a violée assez violemment, j’ai eu besoin de points de suture», raconte-t-elle, ajoutant être rentrée chez elle à pied, en douleur et «démolie».

«Je me sentais molle. J’avais mal. Quand je suis arrivée chez moi, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas m’asseoir. Je suis allée à l’hôpital», confie-t-elle.

Elle souligne aussi que le médecin qu’elle a consulté lui a conseillé de porter plainte pour viol.

Deuxième fois

Voulant exprimer son malaise à la suite de la première agression présumée, Alice dit être retournée dans la chambre de Gerry Sklavounos pour s’expliquer, deux semaines plus tard.

C’est à ce moment qu’elle affirme avoir été agressée une seconde fois. «Ç’a été violent. Il y a eu des claques [...] Il n’arrêtait pas. J’avais des marques partout. Je me suis effondrée», relate-t-elle.

Après cette agression, elle ne l’a jamais revu. «Il m’écrivait des trucs, genre, n’en parle pas à personne, je te fais confiance.»

Descente aux enfers

Elle raconte que ces événements lui ont fait vivre une véritable descente aux enfers. Elle explique avoir eu recours à des soins psychologiques pour traiter notamment des troubles d’anxiété graves.

«À la suite de l’agression, je ne rentrais comme plus vraiment au travail. Je “callais” malade. Je ne “filais” pas. Je m’isolais. Je restais chez moi. Je ne voulais pas le croiser.»

Maintenant qu’elle a dénoncé son présumé agresseur, elle craint des représailles. «Oui, c’est un ex-avocat de la défense. Il sait quoi faire. J’appréhende ça», dit-elle, ajoutant même craindre pour sa sécurité.

«Je ne me sentais pas en sécurité» — Alice Paquet

La jeune femme a attendu deux ans avant de porter plainte pour agression sexuelle contre le député libéral Gerry Sklavounos, car elle était terrifiée, dit-elle.

Alice Paquet a rencontré les policiers en mars 2016 afin de porter plainte contre lui, prétendant avoir été agressée sexuellement à deux reprises au printemps 2014. «Je ne me sentais pas en sécurité», a-t-elle avoué.

L’élément déclencheur qui l’a convaincue de déposer une plainte a été sa rencontre avec un jeune homme l’hiver dernier. Malgré le bonheur qu’elle vivait avec ce nouvel amoureux, elle éprouvait des difficultés sur le plan sexuel.

«C’est un garçon qui était très à l’écoute de moi. Alors on en a discuté. Pis il a dit: “Ce n’est pas rien ce que tu as vécu. Peut-être que d’aller porter plainte ça va enlever un poids sur tes épaules.” Finalement, c’est ce que j’ai fait», a-t-elle relaté.

«Défiée» par l’agent

Elle s’est rendue, seule, au poste de police de la Ville de Québec afin de livrer sa version des faits.

«Je lui ai tout raconté au policier et il a pris des notes. Il n’a pas dit grand-chose», a-t-elle indiqué, précisant avoir été écoutée. Elle soutient toutefois s’être sentie défiée par l’agent qui lui a rappelé à plusieurs reprises que Gerry Sklavounos était «un député et un ancien avocat de la défense».

«On m’a expliqué le processus, que ça va être très très long! Que ça ne sera pas facile. Ça, je le savais. Mais, on me disait que cette personne-là va tout perdre. Il a une femme, des enfants pis faut vraiment que je sois certaine des faits, de ce qui s’est passé parce que si ça va plus loin, lui il va perdre sa carrière.»

Puis, elle est repartie chez elle. Ce n’est qu’un mois après sa déposition qu’une enquêteuse du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) l’a contactée. Ce coup de téléphone l’a effrayée et elle a raccroché.

«Je répondais plus. J’ai eu peur. Je me disais que si Gerry le savait qu’il enverrait des gens pour me menacer. Je me sentais vraiment seule là-dedans», a-t-elle confié.

Elle n’a pas rencontré d’enquêteur depuis, mais mentionne qu’aujourd’hui elle se sent prête à le faire.

Collaboration

De son côté, le SPVQ ne demande pas mieux que de l’interroger à nouveau et souhaite sa collaboration.

«Les membres de notre personnel sont conscients que ce type de dénonciation est souvent difficile et ils savent comment supporter les personnes aux différentes étapes de leur démarche», a mentionné Marie Eve Painchaud, porte-parole du SPVQ.

Selon nos informations, Gerry Sklavounos n’a pas été rencontré par les enquêteurs.


La section «Commentaires» sous cet article a été fermée afin d'éviter les dérapages.