/news/education
Navigation

Les jeux vidéo pour lutter contre le décrochage scolaire

Bloc jeux vidéo jeu
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Environ 80 élèves d’écoles secondaires de Québec participent cette année à un projet de création de jeux vidéo, une initiative visant à lutter contre le décrochage scolaire.

Un projet pilote similaire a été réalisé l’an dernier avec une quinzaine d’adolescents de l’école secondaire Joseph-François-Perreault. L’expérience a si bien fonctionné que Fusion Jeunesse, en collaboration avec Ubisoft, a décidé de permettre à trois autres écoles secondaires de Québec d’y participer cette année.

«On a vu des élèves trouver une source de motivation et découvrir c’est quoi la persévérance», lance Diane Vaillancourt, directrice de l’école Joseph-François-Perreault. Elle donne l’exemple d’un jeune qui avait beaucoup de difficulté, y compris sur le plan social, et qui a «trouvé un sens à l’école» grâce à ce projet.

Comme des pros

Tout au long de l’année scolaire, ces jeunes vont passer à travers toutes les étapes de création d’un véritable jeu vidéo, accompagnés par des mentors qui travaillent chez Ubisoft. «Ils vont vivre exactement ce que les créateurs vivent ici», précise Andrée Cossette, directrice des communications chez Ubisoft.

Pour qu’ils soient épaulés dans ce projet, ils seront aussi encadrés chaque semaine par des étudiants en enseignement de l’Université Laval.

Des notions de mathématiques, de français et d’histoire seront aussi intégrées à ce projet à travers l’écriture du scénario, la programmation et la thématique du jeu, qui est les contes et légendes québécois, cette année.

Motivation

Les élèves sélectionnés se considèrent bien chanceux de participer à cette aventure. «On travaille avec des pros, alors ça met un peu de pression, on peut se surprendre nous-mêmes. Ça donne plus de motivation pour aller à l’école», lance Hugo Paquette, un élève de l’école secondaire La Courvilloise qui joue à des jeux vidéo chaque jour.

À l’échelle provinciale, près de 300 jeunes participent à des projets similaires dans 12 écoles différentes.