/news/provincial
Navigation

Une saison de vélo plus longue dans les rues de Québec en 2017

Une saison de vélo plus longue dans les rues de Québec en 2017
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La saison du vélo dans les rues de Québec commencera deux semaines plus tôt au printemps alors que les pistes cyclables seront mises en service dès le 15 avril si les conditions le permettent.

Les équipes des travaux publics ont reçu la consigne de commencer le nettoyage des pistes cyclables plus tôt au printemps prochain, a confirmé Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif et responsable de l’aménagement du territoire. «Ce qu’on souhaite, c’est que, le printemps prochain, on puisse commencer le nettoyage des pistes le plus rapidement possible. Parce que souvent, il n’y a plus de neige et les pistes ne sont pas nettoyées.»

Si dame Nature le permet, les voies seront accessibles dès le 15 avril, soit deux semaines plus tôt que la date habituelle.

Pressions

La conseillère a ainsi réagi à la demande formulée mardi par l’organisme Accès transports viables, qui pressait l’administration Labeaume de faire part de ses intentions pour la prolongation de la saison, à l’automne et au printemps.

Le directeur général Étienne Grandmont a rappelé que le maire Labeaume avait marqué une ouverture il y a un an, mais que rien ne s’était fait depuis. Pourtant, il ne s’agit pas d’un dossier complexe, dit-il. «C’est le silence radio.»

«Ç’a l’air simple, mais il y a des enjeux de signalisation, entre autres, réplique Julie Lemieux. Il faut changer toute la signalisation [...]. Il y a aussi des balises à enlever.» Il faut bien évaluer la question, même vérifier les précipitations moyennes en novembre, pour ne pas «se créer un problème», souligne-t-elle. «À Québec, on se fait parfois surprendre par l’hiver.»

À l’automne aussi

Ainsi, il est également possible que la saison 2017 soit prolongée au-delà du 1er novembre, soit jusqu’au 15 novembre. La Ville a présenté son projet de vision des déplacements à vélo en décembre 2015. Elle proposait 66 projets à réaliser sur trois ans, au coût de 9 millions $. La vision finale a été adoptée au début de l’été. «En 2016, on avait beaucoup de chantiers à mettre en place, en plus des projets pilotes», a fait valoir Mme Lemieux.