/investigations/taxes
Navigation

Immeubles d’un mafieux vendus au profit du fisc

Les actifs étaient au nom de sa femme, qui a tué ses deux filles

3935 Saint-Jean Baptiste
Photo Pierre-Paul Poulin Les deux dernières ventes de feu d’Adèle Sorella, la femme du mafieux assassiné Giuseppe De Vito, sont deux condos industriels situés dans cet immeuble dans Pointe-aux-Trembles.

Coup d'oeil sur cet article

La femme d’un ex-mafieux assassiné, hospitalisée à l’Institut Philippe-Pinel après avoir tué ses enfants, vient de vendre les immeubles commerciaux de son mari pour une bouchée de pain afin de rembourser le fisc.

Adèle Sorella, qui purge une peine de prison à vie pour le meurtre de ses deux filles en 2009, a vendu un condo industriel du boulevard Saint-Jean-Baptiste, dans le quartier Pointe-aux-Trembles à Montréal.

C’est dans ce bâtiment que se trouvaient Les Motos Montréal (Montréal Choppers), l’entreprise de son mari Giuseppe De Vito, un proche du clan de Raynald Desjardins assassiné au cyanure en prison, en 2013.

Les acheteurs, Marco et Vincenzo Renda, font une très bonne affaire. Ils mettent la main sur l’immeuble pour 120 000 $, soit moins de la moitié de l’évaluation municipale.

Mais Adèle Sorella ne pourra jamais profiter de ces fonds, même si elle obtenait un jour une libération conditionnelle.

«Le produit net de la vente devra être remis au ministère du Revenu du Québec», mentionne l’acte.

<b>Adèle Sorella</b><br>
<i>Condamnée pour infanticide</i>
Photo Valérie Gonthier
Adèle Sorella
Condamnée pour infanticide

Pour des miettes

Avant le fisc québécois, Revenu Canada s’était déjà servi en saisissant une autre copropriété d’Adèle Sorella dans le même immeuble, en janvier dernier.

«Sa Majesté la Reine du chef du Canada» a ensuite revendu cette portion du bâtiment aux mêmes acheteurs que dans la dernière transaction, Marco et Vincenzo Renda. Toujours pour une bouchée de pain: 43 519 $, alors que le condo industriel vaut 311 200 $.

Depuis qu’elle est en prison, les immeubles d’Adèle Sorella font l’objet d’une véritable vente de feu.

En 2014, la famille du vendeur d’autos John Scotti a mis la main sur les garages de De Vito, enregistrés au nom de sa femme, sur les boulevards Métropolitain et Provencher, dans l’arrondissement Saint-Léonard. L’acheteur a payé seulement 2,2 M$, alors qu’ils étaient évalués à près de 3,5 M$.

Famille décimée

Adèle Sorella est la seule survivante de sa famille, après le meur­tre de son mari au pénitencier de Donnacona en 2013.

La tête de De Vito avait été mise à prix parce qu’il s’était joint au caïd Raynald Desjardins pour tenter d’évincer le parrain Vito Rizzuto, en 2010. L’ancien chef de la mafia montréalaise était alors en prison aux États-Unis pour meurtre.

De Vito purgeait une peine de 15 ans de prison pour complot d’importation de cocaïne.

Pendant son incarcération, sa femme Adèle Sorella a assassiné ses deux filles, Amanda et Sabrina De Vito, 9 et 8 ans, en 2009.