/misc
Navigation

Nos auteurs

DM spindoctors-01DM spindoctors-01

Ce qui est indigne

Ce qui est indigne
Photo Sotheby's

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Lisée a été bien mal avisé de s’en prendre à François Legault à cause de sa richesse.

En effet, une personne informée comme le chef du Parti Québécois aurait dû savoir qu’au Québec, on ne peut attaquer quelqu’un pour un tel motif s’il s’agit d’un homme.

Si la critique s’était adressée à une femme, par contre, alors là, vous pouvez être sûr, on l’aurait applaudi.

Vous en doutez ? Je vous le dis pourtant d’expérience : j’ai travaillé pour Pauline Marois pendant six ans.

Misogyne

À titre d’exemple, je me rappelle Clément Gignac, alors qu’il était ministre des Ressources naturelles, répondant en chambre à des questions de Madame Marois sur la mine de diamants Stornoway. Plutôt que de s’exprimer sur le fond, le bouffon ministériel préférait badiner sur le fait que la chef de l’opposition était pourtant connue pour son amour des pierres précieuses.

Jamais je n’ai aperçu un seul chroniqueur s’indigner de ce comportement misogyne et grossier, comme on les a vus venir en groupe à la défense de François Legault cette semaine. Pas davantage qu’Infoman n’ira filmer sa maison en hélicoptère, comme il l’a fait pour Pauline Marois.

Parce qu’on ne critique pas un homme pour son argent. Franchement.

Gauche caviar

On peut également s’en prendre à la richesse d’une personne, si jamais elle est de gauche.

Ainsi, on a pu lire pendant des années dans les pages du journal dans lequel j’écris un chroniqueur qui disait que quelqu’un de fortuné comme Pauline Marois ne pouvait pas être sincère quand elle défendait les plus démunis.

En effet, impossible de se souvenir de ses origines modestes et d’être reconnaissant d’avoir pu bénéficier d’une couverture sociale qui nous a permis de nous élever quand on a de l’argent. L’expression « gauche caviar » a été inventée précisément pour interdire aux gens ayant du bien de prétendre être authentiquement progressistes.

Pourtant, à la quantité d’impôt que je paye, je peux vous le dire moi-même : avoir des convictions sociales-démocrates, ça rend le chèque qu’on vient de signer beaucoup plus facile à avaler.

Depuis près de 20 ans

Bref, voilà la faute de goût qu’on peut reprocher à Jean-François Lisée : d’avoir critiqué la richesse d’un homme de droite. Ça, ça ne se fait pas.

Il y a pourtant un élément important dans ce qu’a souligné le chef de l’opposition dans ces attaques contre Legault. Et ça, il me semble que, si j’étais chroniqueur, c’est plus à ça que je m’intéresserais.

(Ben tiens... Je suis chroniqueur ! Gâtons-nous...)

C’est ce nouveau positionnement de François Legault selon lequel il combattrait une certaine élite.

Lisée affirme, à très juste titre, que le chef de la CAQ fait lui-même partie de cette élite qu’il décrie.

Voyons voir.

François Legault est en politique depuis près de 20 ans. Comme ministre de l’Éducation, c’est lui qui a implanté (et fait déraper, disent plusieurs) la réforme du système scolaire qui fait tant grincer des dents encore aujourd’hui. Comme ministre de la Santé, il a assisté, impuissant comme tant d’autres, à la cannibalisation montante des dépenses publiques par le réseau dont il avait la charge. Comme aspirant chef du PQ, il s’est jadis présenté comme le plus pressé des pressés à vouloir en arriver à la souveraineté.

Tout ça, c’était avant de se réinventer une trentième fois, en affirmant être fier d’être canadien et en prétendant combattre l’élite.

On va se dire quelque chose, ici, aujourd’hui. François Legault qui s’affiche contre les élites, les Anglo-saxons ont un terme pour définir ça. Ça commence par « b » et ça finit par « ullshit ». « A bunch of malarkey », dirait Joe Biden.

Grossier, vulgaire, indigne

François Legault fait partie de l’élite, il est l’incarnation de là où se situe le mainstream politico-médiatique québécois.

Ce n’est jamais plus clair qu’alors que son député François Paradis se fait une jolie jambe en faisant dans le « human interest » et en offrant dinde et soins de beauté par charité à deux citoyennes de son comté.

Les baisses d’impôt souhaitées par François Legault, les deux dames qui apparaissent dans le vidéo sirupeux de François Paradis, elles n’en verront jamais une maudite cenne.

Cela dit, les services publics qui craquent de partout, la couverture sociale qui s’effrite, les soins de santé sous-financés, ça, elles vont le voir, ça. Vous pouvez en être certains.

On leur souhaite que ce soit le plus tard possible, mais il est également possible qu’elles goûtent les repas en CHSLD à 2,14 $ que le député de Lévis est si efficace à dénoncer et ce ne sera pas parce qu’elles y auront été invitées par Gaétan Barrette.

Mais François Legault veut baisser les impôts. Pour lui, pour ses députés, pour Jean-François Lisée. Pour des gens comme moi, célibataire, sans enfant, ayant juste ma peau à m’occuper.

Et après, vous allez venir me dire que François Legault ne fait pas partie de l’élite ?

C’est ça qui est grossier. C’est ça qui est vulgaire. C’est ça qui est indigne. Et mes collègues chroniqueurs devraient le dénoncer.

Mais bon, on a critiqué quelqu’un pour son argent et il ne s’agissait pas de Pauline Marois. J’imagine donc que c’était plus important de parler de ça.