/world/america
Navigation

Le dernier voyage du Lider Maximo

Le cortège funèbre contenant l’urne du guerillero refait en sens inverse le parcours de la révolution

Coup d'oeil sur cet article

LA HAVANE | Posée dans une remorque à l’arrière d’une jeep, l’urne funéraire de Fidel Castro a entamé mercredi un périple de quatre jours à travers l’île sous les vivats de centaines de milliers de cubains saluant une dernière fois leur «Comandante».

Après deux jours d’hommages sur la place de la Révolution à La Havane, les cendres contenues dans un coffre de cèdre, enveloppé d’un drapeau cubain et protégées sous une boîte de verre, vont effectuer en sens inverse le trajet parcouru par Fidel Castro au moment de la victoire de sa guérilla en 1959.

Massés au bord des routes le long de cordons de sécurité, des centaines de milliers de personnes lançant des «Viva Fidel!» en agitant des drapeaux au passage du cortège de sept véhicules qui doit traverser 13 des 15 provinces du pays pour rejoindre le berceau de la révolution, Santiago de Cuba, où les restes de l’ex-président décédé à 90 ans seront enterrés dimanche.

Le convoi est parti dans la matinée du ministère des Forces armées en présence de membres du gouvernement, de dignitaires du parti communiste et de la veuve de Fidel Castro, Dalia Soto del Valle. À bord du véhicule tirant la remorque figurent les quatre plus hauts gradés de Cuba, dont le ministre des Forces armées.

1000 km

Après avoir parcouru les villes de la capitale et de sa banlieue, le convoi a déjà traversé les villes de Matanzas et Cardenas, sur la côte septentrionale, avant de prendre la direction de Cienfuegos, plus au sud.

Le convoi doit faire étape pour la nuit à Santa Clara, où reposent dans un mausolée les cendres de son compagnon de lutte, le guérillero argentin Ernesto «Che» Guevara, décédé en 1967.

Au terme de près 1000 km de périple, les restes de Fidel Castro seront enterrés dimanche au cimetière de Santa Ifigenia de Santiago, à côté du mausolée de José Marti, héros de l’indépendance de Cuba. Ces funérailles scelleront la fin du deuil national décrété pour neuf jours après son décès annoncé vendredi soir.

« Caravane de la liberté »

Du 2 au 8 janvier 1959, à bord de sa «Caravane de la liberté», Fidel Castro avait traversé le pays en triomphateur, dans la foulée de la fuite à l’étranger du dictateur Fulgencio Batista, acculé à La Havane par les troupes castristes, alors que le père de la révolution prenait le contrôle de Santiago de Cuba.

Le «barbudo» de 32 ans avait alors prêché son projet révolutionnaire dans les principales régions du pays. Après avoir fait étape pour la nuit le convoi doit poursuivre sa route vers l’est et successivement passer par Sancti Spiritus, Camagüey, Las Tunas, Holguin, située près de son village natal de Biran, puis Bayamo et Santiago de Cuba samedi.