/news/currentevents
Navigation

Accueilli avec un sandwich

Après un premier repas en taule, Gilles Vaillancourt a dormi isolé des détenus de la prison de Saint-Jérôme

FD-VAILLANCOURT-COUPABLE
Photo MAXIME DELAND Gilles Vaillancourt, en complet cravate et en liberté, jeudi matin, au palais de justice de Laval.

Coup d'oeil sur cet article

Gilles Vaillancourt s’est contenté d’un sandwich au fromage ou au jambon et d’un jus pour souper, jeudi soir, à la prison de Saint-Jérôme. Considéré comme un cas spécial, l’ex-maire de Laval a passé sa première nuit de détention isolé des autres prisonniers.

Le Journal a appris que l’âge, la renommée du nouveau détenu et son arrivée tardive, jeudi, ont compliqué son placement dans la prison la plus surpeuplée au Québec, où le taux d’occupation atteint 120 %.

Les autorités carcérales l’ont temporairement casé dans une aile de protection qui aurait déjà accueilli l’ex-cardiologue Guy Turcotte avant que ce dernier soit jugé coupable des meurtres de ses deux enfants.

Le politicien déchu s’était reconnu coupable de complot, de fraude et d’abus de confiance, en avant-midi, au palais de justice de Laval.

Il restera dans la prison des Laurentides jusqu’au 15 décembre, en attendant que le juge James Brunton se prononce sur la peine de six ans de pénitencier négociée pour lui par la défense et la Couronne.

Politicien jusqu’au bout

D’une voix posée, mais résignée comme s’il venait de perdre une élection, l’ex-maire a maîtrisé sa déception en offrant des excuses publiques.

«Les gens se souviendront de cette journée, mais il espère qu’ils se souviendront aussi de tout ce qu’il a accompli», a dit son avocate, Nadine Touma.

Selon elle, Vaillancourt vit un «deuil pénible» de la politique municipale, à laquelle il a «dédié sa vie» dont 23 ans comme maire, de 1989 à 2012.

En politicien de carrière, l’accusé en liberté avait multiplié les poignées de main à son arrivée au palais de justice. Bon joueur, il a même serré la pince des enquêteurs de l’UPAC qui l’ont arrêté, en 2013, et des procureurs de la Couronne.

Ristournes et contrats truqués

L’ex-maire, qui fêtera ses 76 ans en taule cet hiver, a également consenti à restituer 8,6 millions $ à la Ville de Laval et au fisc, en compensation pour ses crimes commis entre 1996 et 2010.

Le système de collusion et de corruption dans l’octroi des contrats publics à Laval mis au jour était «à la connaissance du maire» et a généré une fraude de «plusieurs dizaines de millions de dollars» , selon Me Richard Rougeau, procureur de la poursuite.

«L’enquête a démontré qu’une ristourne sous forme de pourcentage – en argent comptant – de la valeur des contrats publics octroyés par la Ville de Laval était remise par les participants au dit système, soit les entreprises et les firmes d’ingénierie», d’après un résumé des faits qu’a admis Vaillancourt.

Les détails de l’enquête sont frappés d’un interdit de publication parce que 33 autres accusés dans cette affaire n’ont pas encore été jugés.


♦ Au moins 13 des coaccusés de Vaillancourt réclament l’arrêt des procédures intentées à leur endroit. Dans leurs requêtes, ils invoquent les «délais déraisonnables» écoulés entre leur arrestation, il y a 40 mois, et leur procès, prévu à l’automne 2017.

 

Dépouillé de 8,6 millions $

  • 7 millions $ qu’il avait dans des comptes bancaires en Suisse seront transférés à la Ville de Laval; de cette somme, la Ville remettra 1,8 million $ à Revenu Québec en impôt sur ces revenus que Vaillancourt n’avait jamais déclarés au fisc
  • 300 000 $ additionnels en argent comptant à la Ville de Laval
  • Il renonce à la pension d’élu à laquelle il aurait eu droit durant 10 ans et totalisant 300 000 $
  • Mercredi, il a cédé à la Ville de Laval son condo évalué à un million $ qu’il habitait au 4500, Paton

 

Sa déclaration en cour

«Je regrette très sincèrement les erreurs que j’ai commises et la peine que j’ai imposée à ma famille, mes amis et surtout, aux citoyens de Laval.

«Je ressens une très grande douleur qui m’accompagne encore et, peut-être, m’accompagnera jusqu’à la fin de ma vie.

«J’ai accompli de grandes choses à Laval. Mais les erreurs que j’ai commises sont inacceptables.

« Je veux purger ma peine le plus vite possible et ensuite, tenter de redevenir un actif pour la société. »