/opinion/blogs
Navigation

Combien gagne Charles Tisseyre ?

Combien gagne Charles Tisseyre  ?
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

 

Quand Radio-Canada a demandé au gouvernement Trudeau des millions de bidous pour se retirer de la publicité, le diffuseur a dit s’inspirer du modèle de la BBC.

Ah, la BBC, eux autres ils l’ont l’affaire ! Eux autres, leur gouvernement les chouchoute ! 

Mais ... oups, saviez-vous que la BBC vient de se faire envoyer toute une claque par le nouveau gouvernement britannique ?

En 2017, la BBC sera forcée de rendre publics tous les salaires de tous ses présentateurs et animateurs qui gagnent plus de 150 000 livres (250 000 dollars) par an.

Pensez-vous que Radio-Canada va vouloir copier cette partie-là du modèle ?

Dans son rapport « Propulser la culture canadienne » Radio-Canada affirme : « Le Canada a beaucoup à apprendre de l’approche adoptée par la Grande-Bretagne pour financer sa culture. La BBC constitue un modèle probant de diffuseur public fort, stable et financé adéquatement. » 

Or, le gouvernement britannique ne consent pas ce généreux financement sans exiger en retour une transparence... totale.

La BBC avait déjà l’obligation de rendre publics les salaires de ses cadres. Puis le gouvernement de David Cameron a demandé à la BBC de divulguer tous les salaires de ses « talents » (animateurs, journalistes, radio et télé) qui gagnaient plus de 450 000 livres (750 000 dollars). Il n’y a qu’une poignée d’employés qui gagnent autant.

Mais il y a eu cet été un changement de gouvernement. Et la nouvelle PM, Theresa May, a changé les règles du jeu. Coup de théâtre ! Elle force le diffuseur à rendre publics les salaires de tous ceux qui gagnent plus qu’elle (son salaire annuel est de 149 000 livres). Et il y a à la BBC 109 personnes qui gagnent plus que ce montant...

La ministre de la Culture Karen Bradley a déclaré : « Les payeurs de licence de la BBC ont le droit de savoir où va leur argent. En rendant la BBC plus transparente, on va arriver à faire des économies qui pourront alors être réinvesties dans des programmes encore meilleurs. »

Imaginez-vous Mélanie Joly dire ça à Peter Mansbridge, qui a fait une entrevue dégoulinante de complaisance avec Justin Trudeau au lendemain de son élection ?

Je pense sincèrement qu’à l’été 2017, quand le britannique moyen, qui tire le diable par la queue, va découvrir que le chef d’antenne qui lui annonce chaque soir à la télé les fermetures d’usine et les pertes d’emploi, gagne un ou deux millions de livres sterling, il va s’étouffer dans son café filtre.

 

Radio-Canada veut prendre exemple sur la BBC ? Parfait. Mais qu’ils copient le modèle au complet. En échange d’un financement, transparence totale.

La mesure britannique ne vise que les employés de la BBC, et pas les animateurs qui travaillent pour des maisons de production privées indépendantes. Donc Guy A. Lepage, Pénélope McQuade ou Véronique Cloutier ne seraient pas tenus de révéler leurs émoluments.

Mais on saurait le salaire annuel de Joël Le Bigot, d'Alain Gravel le matin, de Charles Tisseyre ou des comiques de La soirée est encore jeune.

Quand on connaîtra toute l’information, on sera mieux à même de décider si Radio-Canada a besoin de millions de plus pour boucler ses fins de mois.

Comme les British, my dear !