/investigations
Navigation

Le sonneur d’alarme Serge Ménard est satisfait

Entrevue Serge Ménard
Photo Ben Pelosse Serge Ménard

Coup d'oeil sur cet article

Il a été l’un des premiers à dénoncer les méthodes de Gilles Vaillancourt. Maintenant que l’ex-maire de Laval est derrière les barreaux, l’ancien ministre de la Sécurité publique Serge Ménard affirme avoir déjà fait la paix avec cette période de sa vie.

«La satisfaction, je l’ai eue bien avant aujourd’hui, quand des poursuites ont été prises contre lui», a lancé M. Ménard.

En 2011, M. Ménard avait lancé une petite bombe en révélant que M. Vaillancourt lui avait offert une somme de 10 000 $ lors de la campagne électorale de 1993.

Peu après, le député libéral de Vimont, Vincent Auclair, avait affirmé avoir lui aussi refusé de l’argent du maire en 2002.

Vif souvenir

Serge Ménard avait dû comparaître devant un comité parlementaire à Ottawa pour s’expliquer et avait été menacé de poursuite par Gilles Vaillancourt à l’époque.

Il affirme se rappeler encore parfaitement sa surprise et son réflexe «physique» lorsque Gilles Vaillancourt lui a offert la somme en argent comptant en 1993.

«Je me souviens de lui avoir dit que, comme maire, il devait connaître les lois. Il avait alors changé de couleur [...] Après, il avait voulu me poursuivre. On avait répondu à sa mise en demeure et il l’avait retirée assez vite», dit-il.