/sports/hockey
Navigation

St. John’s pourrait de nouveau accueillir une équipe de la LHJMQ

La Ligue assure toutefois n’avoir aucun plan de déménagement ni d’expansion

SPO-HOCKEY-JOHN-SCOTT
PHOTO COURTOISIE/ST. JOHN'S ICECAPS Après deux saisons à St. John’s, le club-école du Canadien de Montréal, les Ice Caps, pliera bagage pour devenir le Rocket de Laval à partir de la saison prochaine.

Coup d'oeil sur cet article

Avec le départ des Ice Caps vers Laval la saison prochaine, la ville de St. John’s cherche actuellement une autre possibilité pour occuper le Mile One Centre, et la LHJMQ fait partie des plans envisagés.

Après deux saisons à St. John’s, le club-école du Canadien de Montréal, les Ice Caps, pliera bagage pour devenir le Rocket de Laval à partir de la saison prochaine. Depuis son ouverture en 2001, le Mile One Centre, un amphithéâtre d’une capacité dépassant les 6000 spectateurs pour le hockey, n’a été inhabité que pendant trois saisons.

Après les Maple Leafs de St. John’s (AHL), les Fog Devils de la LHJMQ y ont élu domicile de 2005 à 2008 avant que les Ice Caps ne s’y installent à partir de 2011.

«On évalue toutes les possibilités, autant de ramener une équipe de la Ligue américaine ou de la LHJMQ que d’obtenir une équipe de l’ECHL. Nous croyons que c’est un marché qui peut toujours supporter une équipe de hockey», a mentionné le directeur des opérations des Ice Caps, Glenn Stanford, lors d’un entretien téléphonique avec Le Journal.

La LHJMQ ou la Premier AA Hockey League (ECHL) semblent les deux options les plus plausibles puisque la nouvelle tendance veut que les équipes de la LNH tentent de plus en plus de se rapprocher géographiquement de leurs clubs-écoles.

INTÉRÊT POUR LA LHJMQ

Le nom de St. John’s a recommencé à faire surface dans le giron de la LHJMQ depuis l’annonce du départ des Ice Caps.

D’ailleurs, le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, s’est entretenu avec M. Stanford à ce sujet au cours des derniers mois, a révélé l’homme d’affaires de St. John’s. Toutefois, on assure du côté de la ligue qu’il n’y a, à l’heure actuelle, aucun plan de déménagement ni d’expansion.

«Il y a un intérêt à y aller, a tout de même reconnu le directeur des communications de la LHJMQ, Photi Sotiropoulos. C’est un beau marché qui possède un bel amphithéâtre et qui a un beau potentiel sur le plan hockey. Par contre, nous sommes satisfaits avec les 18 marchés en place à l’heure actuelle», a-t-il assuré.

Pourtant, certains marchés battent de l’aile depuis quelque temps déjà, notamment le Titan d’Acadie-Bathurst, qui connaît toutefois un regain de vie au point de vue des assistances depuis le début de la saison.

«Toutes les équipes seront de retour l’an prochain, ce n’est même pas une question», a assuré le porte-parole de la ligue.

DÉPLACEMENT COÛTEUX

Il est clair pour la LHJMQ que l’un des aspects primordiaux si St. John’s désire réintégrer le giron du circuit sera de s’assurer de trouver un terrain d’entente sur l’acquittement des frais de déplacement des équipes adverses.

À l’heure actuelle, les Ice Caps paient les frais aériens des équipes qui les visitent.

«Nous savons qu’il s’agit d’une condition. Ce n’est toutefois pas du nouveau pour nous, assure M. Stanford.»