/misc
Navigation

Bienvenue au Canada

Coup d'oeil sur cet article

Je suis rentrée de Cuba mercredi soir. J’avais quitté mon hôtel à 11 h 30 pour arriver à la maison à 3 h du matin. Tout ça, pour quatre heures de vol, via New York. Mais ce n’est rien comparé à ce qu’Immigration Canada m’a fait vivre.

Je vais vous éviter les détails techniques de l’affaire, c’est trop compliqué pour l’espace disponible, mais j’ai failli être retournée au point de départ. Je n’avais pas, semble-t-il, les bons documents pour entrer chez nous.

Double citoyenneté

J’ai la double citoyenneté canadienne et britannique. Mon passeport canadien est expiré. J’attends son remplacement. Samedi, mon patron m’offre d’aller à Cuba couvrir Castro. Il est 11 h au matin. Mon vol est à 16 h. Que faire? Je prends mon passeport britannique, toujours valide, qui indique que je suis née au Canada, et un canadien expiré, et je file.

Au retour, l’extraordinaire personnel de United Airlines à La Havane m’apprend qu’il me faut un visa électronique pour transiter aux États-Unis et un autre pour entrer au Canada parce que je suis aussi british. Le charmant chef d’escale applique en ligne pour moi.

Réponse? Pour les États-Unis, pas de problème. J’obtiens mon visa, mais impossible d’avoir le document pour entrer au Canada car... je suis Canadienne. Mais la Britannique en moi en a absolument besoin. Sinon, dehors les chiens pas de colliers.

United m’a laissé partir malgré tout, prenant soin d’avertir leur personnel à New York de ma correspondance compliquée.

Wifi dans l’avion

United offre le wifi à bord et j’ai pu régler mon problème en ligne, par la peau des dents, via les services consulaires. Me voilà enfin en route vers Montréal.

Arrivée à Dorval, c’est l’interrogatoire usuel: pourquoi, comment, avec qui? Une chance que le problème du visa était déjà réglé.

Je dors debout, mais j’enrage.

Pourquoi le gouvernement du Canada traite-t-il les Canadiens qui retournent au Canada comme des criminels?

Quand je suis arrivée à Cuba, le douanier ne m’a rien demandé. Je n’ai eu qu’un buenas tardes et un grand sourire.