/finance/business
Navigation

Il y a trop de restos à Québec, croit le chef Daniel Vézina

Daniel Vézina
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUÉBEC Daniel Vézina

Coup d'oeil sur cet article

Y a-t-il trop de restaurants à Québec? Le chef Daniel Vézina répond par l’affirmative et compte bien se pencher prochainement sur le dossier.

«Les gens descendent dans la rue pour dire qu’il y a trop de restaurants. Et l’administration Labeaume, qu’est-ce qu’elle fait? Elle continue à délivrer des permis tous les jours pour qu’il s’ouvre de nouveaux restaurants. Il faut que ça s’arrête», a déclaré en point de presse, lundi, le propriétaire du Laurie Raphaël.

Le chef, qui a pignon sur rue sur Dalhousie, était accompagné d’une dizaine de commerçants qui s’opposent au déménagement du Marché du Vieux-Port vers le site d’ExpoCité.

Profitant de la tribune, il a fait savoir qu’il aimerait voir les règles changer, ne serait-ce que dans un objectif de reconnaître à sa juste valeur le métier de restaurateur.

Accréditation

Afin de limiter la multiplication des établissements, Daniel Vézina a notamment lancé l’idée lundi de mettre sur pied une accréditation qui pourrait s’adresser aux chefs ou aux propriétaires de restaurants.

«À Québec, tout le monde peut ouvrir un restaurant. Vous, demain, vous pouvez prendre mes clés, être chef de mon restaurant si vous voulez! Vous ne pouvez pas être plombier ou électricien, par exemple, ça prend des cartes de compétence. Mais vous pourriez venir cuisiner dans mon restaurant», a-t-il illustré.

Six mois

À ses yeux, l’accréditation pourrait aussi permettre d’éviter l’arrivée de multiples restaurants qui ouvrent leurs portes, connaissent un succès vif, mais court, puis les referment.

«Ce n’est pas le restaurant qui reste ouvert pendant 10 ou 15 ans qui me fait mal. C’est celui qui ouvre six mois, que tout le monde va voir, puis quand l’effet de nouveauté est terminé, il ferme ses portes. C’est un gros problème», plaide-t-il.

Si la situation est palpable à Québec, le chef Vézina assure que Montréal jongle aussi avec cette réalité.