/entertainment/radio
Navigation

Les députés libéraux ne devraient pas avoir peur de la radio de Québec, croit Couillard

Periode des questions
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, estime que ses collègues libéraux n’accordent pas assez d’entrevues aux radios de Québec et devraient corriger le tir s’ils veulent être entendus par la population.

C’est du moins ce qu’il a mentionné lors d’une entrevue à CHOI Radio X, mercredi. M. Couillard a indiqué qu’il signifierait à ses ministres d’être plus présents sur les ondes radiophoniques de la Vieille Capitale pour qu’il puissent livrer leur message.

«J’ai un conseil des ministres aujourd’hui, je vais leur dire : “Regardez j’étais là ce matin (en entrevue à la radio), personne ne m’a mangé tout rond. On a eu une conversation. Allez-y! Allez dire votre message et arrêtez de vous plaindre que notre message n’est pas sur le terrain, allez le donner vous même.”»

Selon lui, ses collègues libéraux devraient prendre l’exemple sur le ministre de la Santé et la députation de la Coalition avenir Québec qui accordent de nombreuses entrevues dans les diverses stations de Québec.

«La radio de Québec est une radio où on parle franchement. Gaétan (Barrette) aime ça, moi aussi j’aime ça. Tant qu’on se respecte et qu’on se parle poliment, il n’y a aucun problème. Moi ce que je dis à mes collègues, surprenez-vous pas que c’est juste la CAQ qu’on entend sur les ondes, ce sont juste eux autres qui y vont, alors allons-y nous autres aussi et donnons notre message parce que notre message est bon.»

En acceptant des entrevues à la radio, le premier ministre estime que les messages de son gouvernement seront mieux entendus par la population.

«Si on n’est pas là dans les micros, qui va parler et dire notre message, qu’on fait ce qu’on a dit, qu’on a rétabli l’équilibre, qu’on finance la santé, l’éducation, l’économie, qu’on baisse les impôts du monde. Simple, mais si on n’est pas là pour le dire, on ne peut pas se plaindre après que le monde l’entendent pas.»

Par ailleurs, Philippe Couillard a fait son mea culpa en reconnaissant que ses troupes n’ont pas été assez présentes sur le terrain au cours des deux dernières années.

«Moi ce que je veux, je veux du monde qui vont sur le terrain parler à des gens comme vous, des animateurs partout au Québec dans les radios, dans les régions. On ne l’a pas assez fait. Je pense que, comme équipe, on peut faire beaucoup mieux. On ne doit pas être difficiles à amener dans vos studios, aucun de nos ministres et de nos députés.» 

Écoutez l'extrait intégral