/news/education
Navigation

Les doctorants en psychologie seront rémunérés dès cet automne

Coup d'oeil sur cet article

Tous les doctorants à l’internat en psychologie des universités québécoises ont finalement obtenu gain de cause auprès du gouvernement québécois en obtenant des bourses de 25 000$ pour leurs stages dès l’automne 2017.

L’aboutissement de ces négociations met fin à des mois de boycottage de l’internat des membres de la Fédération interuniversitaire des doctorants en psychologie (FIDEP). Le président de l'organisme, Eddy Larouche, s’est dit satisfait du dénouement dans cette affaire, même si son groupe demandait initialement des sommes de 45 000$.

«On demandait initialement au-delà de nos attentes, et il faut dire que plusieurs autres facteurs ont été pris en considération là-dedans, a-t-il indiqué en entrevue téléphonique. Les bourses à l’externe par exemple, ou encore les gains faits au niveau des congés de parentalité, c’est important.»

Plus de possibilités d’emploi

L’entente introduit également de nouvelles dispositions pour les futurs psychologues, qui pourront désormais jouir d’une plus grande stabilité à l’entrée sur le marché du travail. «On va pouvoir, par exemple, s’entendre avec le milieu sur un contrat ou encore ajouter plus d’heures, a expliqué M. Larouche. On va ainsi mieux intégrer le réseau au Québec.»

Une enveloppe budgétaire supplémentaire de 1,25 million $ sera également allouée pour compenser les pertes qu'a engendré le mouvement de boycottage national. Les doctorants pourront reprendre leurs activités dès le retour du temps des fêtes.

Actuellement, l’internat en psychologie concerne 250 étudiants par année à l’échelle provinciale. Il s'agit d'une grande victoire et d'un grand pas pour le domaine, selon le président de la FIDEP.