/entertainment/radio
Navigation

Malaise en ondes à Radio X avec l’organisateur du Jour de l’An à Québec

L'organisateur du Jour de l'An à Québec, André Verreault.
PHOTO JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS L'organisateur du Jour de l'An à Québec, André Verreault.

Coup d'oeil sur cet article

Invité à faire le bilan de son événement à CHOI Radio X, l’organisateur du Jour de l’An à Québec, André Verreault, a provoqué un beau malaise en ondes.

D’abord, M. Verreault s’est dit «heureux» et a félicité son équipe et la bienséance des gens qui ont fait de son événement un succès.

L’entrevue qui se déroulait rondement a toutefois pris une tournure inattendue lorsque l’un des animateurs, Laurent Gaulin (Larry), a demandé à M. Verreault s’il envisageait, pour les prochaines éditions, d’engager un band d’envergure internationale plutôt que des DJs renommés mondialement.

M. Verreault a été catégorique: Il est d’avis que, comme lui, les gens aiment la musique électronique et est demeuré inflexible devant cette possibilité.

«Premièrement, il faut savoir qu’il y a trois heures de spectacle avant le DJ live. On avait Alain Lamontagne, on avait près de 25 artistes sur scène qui sont venus chanter les chansons classiques du Jour de l’An, il faut quand même le dire, en version pop, électro, techno. On a ça quand même! Et on a les violoneux, les tapeux de pied. On avait une troupe de percussionnistes qui se promenaient partout dans la foule, donc on a l’élément chanson avant, chanson traditionnelle québécoise en français, allô!, a-t-il répondu promptement. Mais moi, j’aime la musique électronique, j’aime avoir un DJ et les gens aiment ça aussi. [...] Avec un DJ, tout le monde danse. Les enfants, les grands-parents, les jeunes, tout le monde danse! Tout le monde aime ça. C’est le type de musique [...] qui fait bouger tout le monde et c’est ça qu’on a de besoin et je ne vais pas arrêter d’utiliser des DJs et c’est sûr que l’an prochain, on va encore avoir des DJs de calibre international.»

Festivités du Jour de l'An sur la Grande Allée à Québec.
Photo Pascal Huot
Festivités du Jour de l'An sur la Grande Allée à Québec.

L’animateur Jean-Christophe Ouellet (Jean-Clôde) abondait dans le même sens que son collègue. «C’est votre événement et loin de moi l’idée de vouloir vous influencer ou quoi que ce soit, mais c’est sûr que moi, un DJ ça ne me parle pas pantoute. Mais ça, c’est moi. C’est personnel. Si vous aviez un groupe rock ou un groupe de musique internationale, c’est sûr que ça me parlerait un peu plus.»

Cette intervention semble avoir piqué au vif l’organisateur.

«Je ne sais pas quoi vous dire. Vos préférences musicales et les miennes visiblement ne sont pas les mêmes. Et moi je fais des événements et il y a 100 000 personnes.»

«Bravo, et puis je vous le donne! Ce que je veux dire c’est que probablement qu’avec un groupe, ça marcherait aussi. Ça attirerait un public différent c’est tout ce que je voulais dire m. Verreault», a-t-il rétorqué avant un long silence de la part de l’organisateur...

Les Ontariens «ne savent pas se tenir»

Par ailleurs, après avoir conclu l’entrevue, les animateurs se sont questionnés à savoir si l’organisateur du Jour de l’An à Québec plaisantait, surtout lorsqu’il a sous-entendu que les deux personnes qui avaient été arrêtées le soir de l’événement étaient des «Ontariens».

«J’ai entendu comme tout le monde qu’il y avait eu deux arrestations. Est-ce que c’était des Ontariens? Probablement. Qui ne savent pas se tenir, j’imagine. Les Québécois, eux, savent se tenir et il y a eu zéro problème», a mentionné M. Verreault.

«Est-ce que c’est de l’humour et nous on ne comprend pas? Nous, le sarcasme des fois... d’habitude on est forts», s’est interrogé Laurent Gaulin. 

Écoutez l’extrait intégral