/weekend
Navigation

Des histoires bouleversantes

Deuxième chance
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Réunir des personnes qui, pour différentes raisons et dans différents contextes, se sont perdues de vue: voilà le défi que s’est donné l’équipe de Deuxième chance qui, afin d’aider ses participants à mener à bien leurs quêtes, n’a pas hésité à étendre ses recherches jusqu’en France, en Angleterre­­, aux États-Unis, en Haïti et en Thaïlande. 

Le déroulement de ces enquêtes (20 au total) sera présenté dans le cadre des dix épisodes de cette série documentaire, dont la première sera diffusée sur les ondes d’Ici Radio-­Canada Télé, le 14 janvier.

Animée par Marina Orsini et Patrick Lagacé, cette adaptation de la série britannique The Gift, produite par l’équipe qui nous a donné Qui êtes-vous?, promet de faire vivre aux ­téléspectateurs des rencontres d’une grande intensité.

«Des fois, tu regardes un sujet sur papier et tu te dis que ce sera super touchant, puissant et intéressant, et puis tu fais un autre topo, et tu réalises que tu ne t’attendais pas à ce que ce soit aussi puissant, dans la réalité. Je suis allé de surprise en surprise, dans ce projet-là», a expliqué Patrick Lagacé, au cours d’une entrevue accordée­­ au Journal.

Expériences humaines

Parmi les histoires présentées au cours de cette première saison, il y a celle d’un homme adopté qui, après être devenu lui-même papa, a voulu retrouver sa mère biologique afin de la remercier de lui avoir donné une vie meilleure.

On compte aussi celle d’un ex-détenu qui souhaitait présenter ses excuses à l’homme qu’il a kidnappé, 30 ans plus tôt, ainsi que celle d’un couple qui ­tenait à remercier l’homme qui les a sauvés du tsunami qui a frappé une partie de l’Asie du Sud-Est, en 2004.

«Nous sommes vraiment dans ­l’humain, dans tout ce qu’il a de plus mala­droit, de beau, de touchant, de moins beau, d’intense, d’atterrant et de surprenant, a affirmé Marina ­Orsini. Les mots, les réactions, ne sont pas scriptés. Nous sommes dans le ­documentaire. Nous n’aurions pas pu être plus dans la réalité du moment.»

Défi

L’équipe de recherche de l’émission a parfois mis plus de six mois avant de pouvoir «lier les ficelles» de certaines histoires, pour lesquelles elle ne ­disposait que de peu d’indices. Celle d’un homme qui, 43 ans après avoir ­effectué un voyage en Angleterre, ­souhaitait remercier l’étranger qui l’avait fait monter à bord de sa ­voiture, alors qu’il faisait de ­l’autostop, en est un exemple.

«Le grand défi, que l’on soit à Macao ou à Chicoutimi, ç’a toujours été le même: trouver les gens, a souligné ­Patrick Lagacé. Il y a eu un travail ­remarquable de fait, en collégialité (...) Tout le monde, dans cette équipe-là, était un “A”.»


Deuxième chance sera diffusée sur les ondes d’Ici Radio-Canada Télé les samedis, à 20 h, à compter du 14 janvier.