/weekend
Navigation

Une star... parmi les stars!

ART-BEACHCLUB-SUCCES
PHOTO COURTOISIE J.P. CASTONGUAY BEACH CLUB

Coup d'oeil sur cet article

Propriétaire du club à ciel ouvert le Beachclub de Pointe-Calumet, Olivier Primeau passe son été à prendre des selfies avec des vedettes internationales toutes plus célèbres les unes que les autres. Or, derrière son image de «party animal» se cache un jeune homme déterminé à réaliser de grandes choses.

Olivier, le Beachclub est ouvert de mai à ­septembre, tu es donc officiellement en vacances cet hiver?

Non, loin de là. C’est drôle, parce que lorsque mon père, mon frère et moi avons fait l’acquisition du Beachclub, je leur ai dit: «On va-tu être ben, ­travailler deux jours par semaine, trois mois par année!» (rires) Je me suis vite rendu compte que même lorsque le club est fermé, il y a beaucoup de travail à faire: l’entretien, les rénovations, ­approcher les agents de vedettes internationales pour préparer la programmation de la prochaine saison, etc. Le Beachclub nous occupe 12 mois par année!

Alors que des clubs à Montréal sont incapables d’avoir de grandes vedettes, vous réussissez à ­attirer des stars au bout de la 640. Quel est votre secret?

Les stars ont une superbe expérience en venant au Beachclub et elles passent le mot! David Guetta, par exemple, nous avait fourni une liste d’exigences, que nous avons respectées jusque dans les moindres détails: des tapis de yoga, des bonbons Skittles (mais juste des rouges), un thé chaï qui n’existe pas au Canada, etc. La plupart du temps, ce ne sont pas les artistes qui font ces demandes extravagantes, mais plutôt les membres de leur entourage. Ils veulent voir si on sait bien recevoir.

Le printemps prochain, le Beachclub partira en tournée dans tout le Québec, de la ville de Québec jusqu’en Gaspésie, en passant par Chicoutimi. ­

Es-tu parfois tanné de faire le party?

Non, pas du tout (rires). Ma vie est beaucoup moins intense qu’on peut se l’imaginer. En saison estivale, le Beachclub ferme ses portes à 20 h chaque soir. À 22 h 30, je suis à la maison et je dors déjà! J’ai l’air d’être toujours sur le party lorsqu’on consulte mon compte Instagram, mais il y a Olivier Primeau le personnage, dont la vie jet-set fait rêver, et Olivier Primeau l’entrepreneur de Sainte-Martine, qui travaille fort pour réaliser ses rêves les plus fous.

Tu es très «famille». Régulièrement, tu publies des photos de tes proches sur les médias sociaux, mais on ne voit jamais ta blonde. Es-tu célibataire?

Oui. C’est difficile pour moi d’avoir une amou­reuse, puisque je suis en démarrage d’entreprise. Je suis très près de ma mère, de ma grand-mère, de mon frère et de mon père... et de tous les autres membres de ma famille. J’aimerais éventuellement avoir mon propre petit cocon familial, mais pour le moment, je n’ai vraiment pas le temps.

 

Les stars qui l’ont le plus impressionné

«Le DJ David Guetta. Juste après sa visite chez nous à Pointe-Calumet, il allait donner un spectacle dans le cadre de l’Euro 2016. Il est tellement big et en même temps, tellement simple et accessible­­. Même chose pour Paris Hilton, qui s’est présentée seule à Pointe-Calumet. Des DJ qui ­débutent arrivent avec leur impressionnant entourage, alors qu’elle, qui est connue à travers le monde, se pointe toute seule et a pour seule demande de manger du ­comfort food typiquement québécois.»

Il est resté bouche bée devant...

«Même si ­elle s’est ­montrée ­froide, princesse et peu généreuse, j’ai quand ­même apprécié le passage de Kylie Jenner au Beachclub. Je suis resté bouche bée devant le tourbillon médiatique qu’elle déclenche sur son passage. C’est une véritable star, qui dégage une aura de célébrité. Des photographes sautaient par-dessus les ­clôtures pour prendre des clichés d’elle. L’effet ­Kardashian, c’est intense!»

Il rêve de rencontrer...

«Des stars comme Rihanna, Drake ou Eminem, de même que des légendes du rock comme les membres du groupe Metallica. Pour ce qui est de Justin Bieber, je ne ­rêve pas de le rencontrer, mais j’aimerais qu’il vienne faire un tour au Beachclub, pour reprendre notre ­rendez-vous manqué de 2015! Ce sera peut-être pour l’été 2017, qui sait?»