/sports/tennis
Navigation

L’éducation d’un futur champion

Tennis Canada croit que Félix Auger-Aliassime a le potentiel d’atteindre les plus hauts sommets

SPO-TOURNOI DE TENNIS DE PLANTATION EN FLORIDE
Photo Marc-André Beaudin, Agence QMI Avec son 610e rang au classement de  l’ATP, Félix Auger-Aliassime est le 12e favori du tableau principal de 32 joueurs.

Coup d'oeil sur cet article

PLANTATION, Floride | Louis Borfiga est catégorique.

«Félix (Auger-Aliassime) est le meilleur joueur au monde de son âge, a déclaré le vice-président du développement de l’élite à Tennis Canada au sujet du tennisman de 16 ans. On ne fera pas de cachette. Félix possède un très, très gros potentiel et on croit beaucoup, beaucoup en lui. C’est super excitant de miser sur un joueur avec autant de potentiel. Ça nous met beaucoup de responsabilités sur les épaules, mais nous sommes là pour ça. Dans le cas de Félix, rien n’est pris à la légère.»

«Au même âge, il est meilleur que tous les joueurs que j’ai dirigés et j’ai travaillé avec tous les Français (Tsonga, Monfils, Simon) qui ont atteint le Top 20 ou même Top 10, de poursuivre Borfiga. Il n’y a aucune comparaison avec Milos Raonic, qui est arrivé au tennis sur le tard. Les deux ont toutefois un grand talent et la détermination d’être champions et un grand désir de réussir.»

« Tout est possible »

À quel moment espère-t-on qu’Auger-Aliassime puisse se glisser parmi les 100 ou même les 50 meilleurs au monde? «C’est difficile de faire un pronostic, a prévenu Borfiga, mais ça peut déclencher très rapidement. Six mois, un an, un an et demi, tout est possible.»

«On voit Félix gagner des tournois de l’ATP et connaître une grande carrière, mais on doit être réaliste, de renchérir son entraîneur Guillaume Marx. Ça va prendre un minimum de quatre à cinq ans avant qu’il atteigne le Top 50. On travaille ensemble depuis deux ans et demi et la progression de Félix a été plus rapide qu’on l’espérait. Il a dépassé les attentes plusieurs fois.»

Quel est le point de vue du principal intéressé?

«Je vise le Top 200 dans deux ans, a-t-il confié, lundi, après son entraînement. Je dois être patient et réaliste, surtout quand je regarde le classement ATP et que je vois des gars dont le classement se situe entre les 200e et 300e places. Je sais que j’aurais le niveau pour rivaliser avec eux, mais il n’y a pas de raccourci.»

Comme nadal ?

Borfiga prévient toutefois que les joueurs qui atteignent les sommets aussi rapidement qu’un Rafael Nadal sont plus rares. L’Espagnol a remporté son premier titre en Grand Chelem à l’âge de 18 ans en 2005, à Roland Garros. «C’est un très grand espoir du tennis international, mais c’est de plus en plus difficile de franchir les étapes rapidement. Les carrières sont plus longues et c’est plus compliqué. Parce que Félix veut tout bouffer, on devra avoir, à Tennis Canada, la sérénité et l’expérience pour l’encadrer.»

«Je refais mes premiers pas»

PLANTATION, Floride | Félix Auger-Aliassime amorcera cet après-midi sa première saison à temps plein sur le circuit professionnel.

Pour l’occasion, la raquette de 16 ans se frottera à l’Américain Raleigh Smith dans le cadre du premier tour du USA F3 Futures disputé en Floride, un tournoi doté d’une bourse de 15 000 $.

«Je me suis entraîné six semaines à Montréal, au Centre national, et j’ai hâte de revenir à la compétition, a raconté le jeune prodige québécois, lundi, après son entraînement. Cette série de quatre tournois en Floride va faire du bien.»

«Je vais retrouver des joueurs similaires à ceux que j’ai affrontés l’an dernier à mes débuts professionnels, de poursuivre Auger-Aliassime. J’ai bien terminé en remportant ma première victoire en carrière et je suis prêt mentalement pour cette nouvelle étape dans ma carrière. Comme il y a quelques années, quand j’ai débuté chez les juniors à l’âge de 13-14 ans, je refais mes premiers pas.»

À Plantation comme ce sera aussi le cas ailleurs en Floride, on est loin du glamour des épreuves du Grand Chelem du circuit junior. «Je ne dois pas trop penser aux épreuves du Grand Chelem junior. À mes débuts, j’ai aussi disputé des petits tournois avant d’atteindre les prestigieuses étapes du Grand Chelem. Je dois y aller un tournoi à la fois et tenter d’en gagner le plus possible.»

Jouer sur terre battue

Auger-Aliassime et Smith ont croisé le fer cet été au Québec. «On s’est affrontés lors du Challenger de Gatineau. C’est un bon joueur. Je l’avais battu lors des qualifications.»

Le rendez-vous de Plantation se déroule sur terre battue. «C’est une surface sur laquelle je suis plutôt à l’aise, a-t-il indiqué. Au Québec, on commence le tennis sur des surfaces dures, mais on touche à la terre battue plus on avance. J’ai joué sur la terre rouge l’an dernier en Espagne. À Montréal, pendant l’hiver, on ne s’entraîne que sur terre battue. Je ne dois pas changer mon style, qui est de jouer en puissance et d’aller vers l’avant, ce qui dérange mes adversaires. Garder le même style et être plus patient selon les circonstances.»