/opinion/columnists
Navigation

En attendant de disparaître

Coup d'oeil sur cet article

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, a déclaré au 15-18 «j’ai incité les équipes à diriger les joueurs et les rencontres d’avant-match en anglais pour que les joueurs puissent se familiariser avec la langue». Selon lui, cela les aidera s’ils poursuivent avec un club professionnel.

Pourtant les Russes, les Suédois, les Finlandais et les Tchèques jouent au hockey dans leur langue sans que cela ne les empêche d’accéder à la LNH. Ils y sont d’ailleurs plus nombreux que les joueurs issus de la LHJMQ.

Chuchote en français

Cette déclaration du commissaire suivait celle de Julien Gauthier quant à «l’utilisation découragée du français entre joueurs francophones d’Équipe Canada au mondial junior». Il n’y a pas de discrimination, selon Monsieur Courteau, mais seulement une volonté que tous se comprendront avec une langue commune, en l’occurrence l’anglais. L’usage du français ne doit pas être dérangeant.

Le commissaire assure que la position de Hockey Canada sur le bilinguisme est très respectueuse, l’illustrant par le recours possible à la traduction simultanée dans les réunions du Conseil d’administration de l’organisme où la langue d’usage est presque exclusivement l’anglais. Il donne ainsi raison à Gilles Duceppe qui affirma un jour qu’il y avait deux langues officielles au Canada, l’anglais et la traduction simultanée.

Fierté bien basse

C’est le même genre de raisonnement qu’utilise HEC-Montréal pour justifier la hausse de son offre de cours en anglais, sous prétexte que c’est la langue des affaires. Nous devrions être choqués de voir notre langue s’effacer aussi facilement devant l’anglais, mais notre ministre responsable de la Francophonie, Jean-Marc Fournier, préfère croire que le français et le bilinguisme progressent.

Il s’offusque avec d’autres commentateurs que certains renâclent cette débâcle du français en arguant que nos jeunes sont ouverts sur le monde. Heureusement, Julien Gauthier leur rappelle qu’ils n’oublient pas leur origine.

Vivement une Équipe Québec dans les tournois internationaux!