/news/health
Navigation

La fin du Nutella comme on l’aime ?

Nutella
nutella.com

Coup d'oeil sur cet article

Le groupe Ferrero a décidé de soutenir l’industrie de l’huile de palme qui est tombée dans les radars des autorités européennes comme potentiellement cancérigène.

Selon l’agence Reuters, la firme italienne prend la défense en public de cette huile décriée que beaucoup d’autres compagnies financières du pays décident de boycotter. Alors que la chaîne de supermarchés Coop supprime cet ingrédient des produits de sa marque et que le célèbre groupe Barilla adopte le label «palm oil-free», Ferrero lance une campagne de publicité pour rassurer son public sur la sécurité de Nutella.

On pourrait se demander s’il s’agit d’une prise de position influencée par l’argent. L’huile de palme est l’huile végétale la plus rentable du marché. Du fait de l’important rendement annuel des palmiers à huile (environ 40 kg d’huile par an selon les données de l’European Palm Oil Alliance), son prix est moindre par rapport à celui de ses concurrents. Selon Reuters, en cas de changement d’huile, les 185 000 tonnes annuelles utilisées par Ferrero pourraient coûter un extra de 8 millions $ supplémentaires. Une bonne quantité de pots de Nutella de plus à écouler. Cependant, la compagnie refuse de s’exprimer sur ces calculs et affirme que l’huile de palme est irremplaçable dans la formule du Nutella.

 

Un ingrédient problématique

Rappelons que Ferrero s’est déjà engagé plusieurs fois dans son histoire pour protéger son ingrédient fétiche qui, selon les dires de leur site français officiel, « garantit l’onctuosité et la stabilité unique » de sa recette.

Le Nutella est déjà tombé sous le boycott sans effet de Ségolène Royal le 15 juin 2015 au Petit Journal à cause de l’huile de Palme : "Il faut arrêter de manger du Nutella [...] parce que c'est l'huile de palme qui a remplacé les arbres."

Cependant, après quelques jours d’abstinence, la politicienne est revenue sur ses propos dans Twitter et qui pourrait l’en blâmer.

En octobre de l’année suivante, soucieuse des polémiques du moment, la compagnie Ferrero a organisé une table ronde pour trouver un moyen de faire une « huile de palme durable », c’est-à-dire sans déforestation. Le groupe italien se distinguait ainsi de la déforestation et du massacre des orangs-outans qui tâchaient alors la réputation de cette huile.

 

Qu’en est-il de l’avenir de Nutella ?

Pour le moment, le produit n’est pas vraient menacé puisque l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments n’a pas le pouvoir de l’interdire. De plus, l’Organisation de la Santé Mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture qui ont aussi souligné le risque potentiel de cancer ne recommandent pas aux consommateurs d’arrêter de consommer de l’huile de palme.

Soulignons finalement que malgré toutes les critiques essuyées par Nutella ces dernières années n’ont jamais influencé les ventes comme l’a souligné le Figaro lors du World Nutella Day.

Donc pour rassurer tous les adeptes qui ont besoin de leur dose journalière de Nutella, le produit a encore un bel avenir devant lui.