/news/politics
Navigation

Paul Shoiry se donne 3 mois pour se décider

Il annoncera alors s’il brigue de nouveau le poste de conseiller

Le conseiller de Saint-Louis–Sillery, Paul Shoiry.
Photo Jean-François Desgagnés Le conseiller de Saint-Louis–Sillery, Paul Shoiry.

Coup d'oeil sur cet article

Paul Shoiry réfléchit à son avenir politique et annoncera d’ici le 31 mars s’il se représente comme conseiller municipal en novembre.

Le conseiller de Saint-Louis–Sillery a été sollicité par la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, pour demeurer au sein de son équipe. Il lui a demandé de lui donner trois mois de réflexion au terme desquels il rendra sa réponse.

«Je me donne jusqu’au 31 mars. C’est ce que j’ai dit à Anne. Elle m’a dit: “Ta place est réservée dans le district Saint-Louis–Sillery. Je veux que tu sois avec moi à la prochaine élection.”»

En ce début d’année, M. Shoiry veut se donner le temps de peser le pour et le contre. Cette réflexion, dit-il, se fait à chaque fin de mandat dans son cas. Et il s’est toujours astreint à cet exercice avant de prendre une décision. Il a été élu en 2013 sous la bannière de Démocratie Québec et a agi comme chef de l’opposition à l’hôtel de ville pour la majeure partie de son mandat.

En ce moment, il est à effectuer le bilan de ses dernières années en politique. Il dit avoir besoin de faire un retour sur les réalisations qu’il a accomplies depuis le début de son mandat. Sur ce point, il refuse cependant de se donner une note, mais affirme que les dossiers dont il est satisfait sont nombreux.

Paul Shoiry veut aussi regarder en avant et déterminer si les projets à venir à Québec au cours des quatre prochaines années l’interpellent. Il rendra public son bilan le temps venu, dit-il.

« Pour les citoyens »

«Je ne fais pas de la politique pour moi, je le fais d’abord et avant tout pour les citoyens et pour ce que je peux apporter à la Ville.»

C’est pourquoi il sondera ses commettants pour savoir s’ils souhaitent son retour. Il a récemment confié au Journal que plusieurs de ses concitoyens l’abordaient ces derniers temps pour lui donner leur appui.

Déçu du départ de Bussières

La décision d’Yvon Bussières de siéger dorénavant comme indépendant ne pèsera pas dans la balance, assure Paul Shoiry. Mais la nouvelle l’a surpris et déçu. «On ne l’a pas vu venir. [...] Je respecte sa décision, mais je suis déçu parce que ça allait bien. Notre groupe parlementaire a fait un excellent travail. On a une grosse année qui s’en vient.»

Et, convient-il, la perte d’un de ses trois membres affaiblit l’opposition, à moins d’un an de l’échéance électorale. «On est moins forts à deux qu’à trois», dit-il.

Il n’y a pas d’animosité entre les trois conseillers, assure M. Shoiry. Yvon Bussières a pris sa décision seul, sans consulter ses collègues. L’annonce a été faite peu avant Noël.

Son parcours politique

  • Conseiller à Sillery entre 1990 et 1994
  • Maire de Sillery de 1994 à 2001
  • Conseiller de Sillery dans la nouvelle Ville de Québec
  • Réélu en 2005
  • Il choisit de ne pas se représenter en 2009
  • Retour en politique en novembre 2013 pour Démocratie Québec
  • Chef de l’opposition officielle entre novembre 2013 et décembre 2016