/news/education
Navigation

Une fédération étudiante veut bannir le sexe entre les profs et leurs élèves

Une telle mesure réclamée pour lutter contre les violences sexuelles

Coup d'oeil sur cet article

Pour lutter contre les violences sexuelles sur les campus, une fédération étudiante veut bannir les relations sexuelles entre professeurs et étudiants qui ont un lien d’autorité.

C’est l’une des recommandations contenues dans le mémoire de l’Union étudiante du Québec (UEQ), qui représente 72 000 étudiants universitaires, transmis à la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, dans le cadre des consultations sur les violences sexuelles.

L’UEQ recommande que les relations sexuelles entre professeurs et étudiants «soient explicitement proscrites et punies en cas de lien d’autorité direct», en excluant toutefois les relations qui se sont développées avant l’existence de ce lien d’autorité.

Les étudiants ont beau être «majeurs et vaccinés», le lien d’autorité peut «vicier le consentement», affirme son président, Nicolas Lavallée.

«Il y a un problème d’agressions provenant de toutes sortes de situations et on veut adresser le problème», ajoute-t-il, affirmant vouloir «aller un peu plus loin» en mettant de l’avant cette mesure.

Ce n’est pas la première fois que ce type de règlement est évoqué dans le réseau universitaire québécois. En février 2015, après que l’Université Harvard ait interdit les relations sexuelles et amoureuses entre professeurs et étudiants du premier cycle, environ 80 professeurs de cégeps et d’universités ont réclamé une telle mesure dans une lettre ouverte publiée dans Le Devoir.

Scepticisme chez les profs

Cette proposition est toutefois reçue avec scepticisme à la Fédération québécoise des professeurs d’université. «Comment ça fonctionne? Qui punit ou fait l’enquête? Théoriquement, l’idée est intéressante, mais en pratique, elle est difficile à implanter», affirme son président, Jean-Marie Lafortune. «L’idée de pénaliser des comportements n’est jamais aussi intéressante que celle d’éduquer et de sensibiliser», ajoute-t-il.

Martine Delvaux, professeure à l’UQAM et co-organisatrice en 2014 d’un colloque consacré aux rapports amoureux entre professeurs et étudiantes, se réjouie plutôt que ce débat refasse surface. «Je ne sais pas si c’est le meilleur moyen, mais il faut y réfléchir et ouvrir cette question-là», affirme-t-elle.

Plusieurs professionnels – médecins, avocats ou psychologues – sont encadrés par un code déontologique ou éthique qui leur interdit d’avoir de telles relations avec leurs clients ou patients, rappelle-t-elle.

Or aucune règle de ce type n’existe pour les professeurs d’universités ou de cégep. «Il faut penser à un code de déontologie», affirme Mme Delvaux, rappelant qu’il s’agit d’un problème bien réel pour plusieurs étudiantes.

Sexe interdit entre profs et étudiants : l’exemple de Harvard

Quand ? Février 2015

Quoi ? La prestigieuse université américaine Harvard décide d’interdire les relations sexuelles et amoureuses entre tous les professeurs et les étudiants au baccalauréat de la Faculté des arts et sciences, de même qu’aux cycles supérieurs lorsque les professeurs enseignent, dirigent des travaux ou évaluent des étudiants.

Pourquoi ? Cette décision est survenue après que les autorités américaines aient dévoilé une liste de 55 établissements d’enseignement supérieur faisant l’objet d’une enquête concernant la manière de gérer des plaintes pour harcèlement ou violence sexuelle. L’Université Havard faisait partie de cette liste.

Qui d’autres? L’université de Yale et celle du Connecticut ont aussi un règlement semblable depuis quelques années.