/news/politics
Navigation

Bernard Gauthier : «Tu me gosses à matin !»

Bernard Rambo Gauthier n’aime pas les questions sur son salaire

Appelé à parler de ses propres conditions de travail, le syndicaliste Bernard Rambo Gauthier affirme qu’il est payé l’équivalent d’«à peu près 2 $ l’heure» en raison des nombreuses heures de travail qu’il consacre à la FTQ.
Photo d'archives Appelé à parler de ses propres conditions de travail, le syndicaliste Bernard Rambo Gauthier affirme qu’il est payé l’équivalent d’«à peu près 2 $ l’heure» en raison des nombreuses heures de travail qu’il consacre à la FTQ.

Coup d'oeil sur cet article

En pause médiatique à peine deux mois après s’être lancé avec fracas en politique active, Bernard Rambo Gauthier est furieux de devoir parler de ses conditions de travail.

L’agent d’affaires de la FTQ sur la Côte-Nord souhaite se concentrer sur son travail de représentant syndical.

«J’ai donné un coup pour les Fêtes, j’ai hypothéqué mes vacances au complet!» a précisé jeudi M. Gauthier à notre Bureau parlementaire, durant un bref entretien de deux minutes auquel il a mis fin abruptement.

Anti-establishment, le représentant de l’Union des opérateurs de machinerie lourde a grandement critiqué «l’élite» qui dirige la province et étouffe la classe moyenne lorsqu’il s’est lancé dans l’arène politique pour le parti des Citoyens au pouvoir.

Les questions du Journal sur la place des syndicats au sein de cette «élite» et les conditions de travail avantageuses offertes par certaines centrales syndicales n’ont visiblement pas plu à Bernard Gauthier.

«Moi, je suis syndicaliste, j’y crois au mouvement syndical, on en a besoin, c’est ça qui a sauvé la plupart des travailleurs moyens au Québec!» a-t-il lancé.

« 2 $ l’heure »

Appelé à parler de ses propres conditions, l’agent d’affaires a répliqué qu’il est payé l’équivalent d’«à peu près 2 $ l’heure» en raison des nombreuses heures de travail qu’il consacre à la FTQ. «C’est 24 heures sur 24, 365 jours par année, même pendant mes vacances!»

Selon la convention collective applicable au Local 791, un représentant syndical est payé près de 108 000 $ par an.

En plus de l’allocation de 800 $ par mois pour une voiture, l’employé a également droit à quatre pneus neufs tous les 18 mois, 250 $ pour des bottes de travail tous les deux ans et 350 $ pour des vêtements de travail chaque année.

« Salut, criss ! »

«Ça a tout été dit à la commission Charbonneau, a-t-il renchéri. Tu me gosses à matin, ç’a pas d’estie de bon sens! Écoute ben, l’élite financière, c’est des milliards par année, viens pas me casser la [inaudible] avec ça, salut criss!» a-t-il pesté, avant de raccrocher. Le Journal n’a donc pu aborder d’autres sujets.

Quelques minutes plus tard, Bernard Gauthier a écrit un commentaire sur son profil Facebook.

«Pour que les choses soient claires! Mon salaire annuel est d’à peu près 105 000 $ par année! Avec une allocation véhicules de 800 $ par mois! [...] Pis ch’te rappelle que moé je donne 50 % de mon salaire en impôts ma grande! [...] Chu pas encore au 200 000 $ des députés qui foutent rien à l’Assemblée nationale!!! [sic]».