/misc
Navigation

11 chefs d'accusation contre Alexandre Bissonnette : 6 de meurtre prémédité et de 5 de tentative de meurtre

Coup d'oeil sur cet article

Vêtu d’une combinaison blanche, Alexandre Bissonnette, arrêté au terme de la tuerie qui s’est déroulée à la mosquée de Sainte-Foy, a été formellement accusé du meurtre de six personnes.

C’est un peu avant 17h que le présumé meurtrier de la mosquée de Sainte-Foy a été amené par voiture banalisée et c’est à l’abri des regards, par les portes de la détention, qu’Alexandre Bissonnette a fait son entrée au palais de justice de Québec.

Pendant ce temps, tous ceux qui voulaient prendre place dans la salle 4.14 devaient montrer patte blanche.

Illustration Ygreck

Des mesures de sécurité exceptionnelles pour une triste histoire qui l’est tout autant. Même Me Jean Petit, l’avocat de Bissonnette, un homme bien connu au palais, a dû présenter une carte d’identité aux constables spéciaux qui montaient la garde.

Venait ensuite la fouille minutieuse des sacs ou porte-documents puis, chaque personne qui entrait dans la salle devait se soumettre au détecteur de métal.

Seuls les enquêteurs qui ont piloté le dossier ont pu éviter ces étapes qui démontraient bien le sérieux avec lequel cette affaire était traitée.

Après plus de quarante-cinq minutes à faire entrer au compte-goutte les journalistes, fort nombreux, et les curieux, Bissonnette, vêtu d’une combinaison blanche a été amené au son des menottes qui cliquetaient.

Devant la salle pleine à craquer, le jeune homme de 27 ans, fluet, a fait son entrée la tête basse, sans regarder personne, l’air abattu.

Tout juste avant, le juge Jean-Louis Lemay avait bien avisé les gens dans la salle : aucune manifestation ne serait tolérée et c’est dans le plus grand des silences que les badauds présents ont regardé comparaître celui qui a pris la vie de six personnes de la communauté musulmane et qui, selon l’acte d’accusation, «a tenté de causer la mort» de cinq autres.

Une procédure qui n’aura pris que quelques minutes.

Les procureures aux poursuites criminelles et pénales, Me Michel Fortin et Me Thomas Jacques ont également fait savoir que, pour l’instant, la divulgation de la preuve ne pouvait être remise à l’avocat de défense puisque celle-ci «n’était pas disponible».

Le 21 février prochain, Bissonnette sera ramené devant la Cour et c’est à ce moment, si la preuve est complétée, qu’elle sera remise à Me Petit.

Un «nerd introverti impopulaire»

Les policiers ont arrêté l’homme de 27 ans, dimanche soir, après les événements à la grande mosquée de Québec, dans Sainte-Foy. 

Un autre homme avait été arrêté, puis relâché. Il n’est plus considéré comme suspect.

Pour sa part, Bissonnette, 27 ans, vit à Cap-Rouge.

Amateur de chasse, de politique et propriétaire d’armes à feu, le suspect de 27 ans est décrit comme un «nerd introverti impopulaire» par des connaissances étudiaient en sciences politiques à l’Université Laval.

Ses idées politiques de droite, pro-Israël, pro-Trump et anti-immigration l’amenaient à prendre position sur divers groupes Facebook, dont celui «Bienvenue aux réfugiés – Ville de Québec».

À part avec son frère jumeau, je ne le voyais pas avec d’autres personnes (...) C’est le typique «nerd» impopulaire», se rappelle une connaissance du secondaire.

Bissonnette a été interrogé par les policiers et demeure sous les verrous. Il devrait comparaitre lundi après-midi. Le suspect n'est pas connu des policiers. «Rien ne laisse croire qu’il y aurait d’autres suspects», a précisé la porte-parole Christine Coulombe, de la Sûreté du Québec (SQ).

Parmi les six victimes, on retrouve deux Algériens, un Marocain, un Tunisien et deux Guineens, a appris Le Journal. Une liste des victimes a été remise dimanche soir par les autorités à des leaders de la communauté musulmane de Québec.

«Terrorisme»

Dès 22 h, dimanche, les autorités ont déployé la «structure de gestion policière contre le terrorisme» qui implique la Gendarmerie royale du Canada (GRC), la SQ, la police de Québec et la police de Montréal.

Le premier ministre québécois Philippe Couillard a aussi parlé d’attentat terroriste. En point de presse, lundi, ce dernier a déploré que la communauté musulmane ait été prise pour cible. «Ces personnes lâchement assassinées l’ont été parce qu’elles faisaient partie de cette communauté.» Il a aussi souhaité «que la paix soit avec vous», en arabe, aux leaders de la communauté qui étaient présents lors du point de presse à l’hôtel de ville de Québec.

Ces derniers, quatre hommes et une femme, se sont montrés consternés et très émus devant ce geste incompréhensible, mais aussi touchés par les expressions de solidarité. Ils demandent l’aide des autorités pour renforcer la sécurité dans les mosquées. Le maire Régis Labeaume a réitéré que la Ville était «au service» de leur communauté en ces temps difficiles.

L’attentat a créé une véritable onde de choc au pays et a suscité des réactions partout dans le monde, notamment de la mairie de New York et du Vatican. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, est aussi attendu à Québec. Le président américain Donald Trump a offert son soutien et ses condoléances au premier ministre canadien.

Une manifestation de solidarité est aussi organisée devant la mosquée, angle Chemin Sainte-Foy et route de l’Église, à 18 h.

Mise à jour des policiers

Les représentants des corps policiers ont fait le point lundi matin, mais n’en ont pas dit beaucoup plus. La police de Québec a cependant confirmé l’arrestation d’un suspect à la mosquée du chemin Sainte-Foy et d’un autre individu dans la bretelle d’accès au pont de l’île d’Orléans. Rappelons cependant que l’un d’eux n’est plus soupçonné.

Pas moins de 275 policiers ont travaillé ou travaillent au dossier. Lundi, ils ont interrogé les 39 personnes qui se trouvaient à l’intérieur du Centre culturel islamique et qui s’en sont tirées indemnes.

Des perquisitions pendant la nuit

Les policiers sont demeurés actifs toute la nuit de dimanche à lundi et ont mené deux perquisitions au petit matin.

Une opération policière s'est déroulée lundi matin dans une maison de chambres située sur le chemin des Quatre-Bourgeois, soit à quelques mètres à peine de la grande mosquée de Québec où sont survenus les attentats terroristes, dimanche soir. L'individu arrêté et relâché habite à cet endroit.

Une autre perquisition a eu lieu dans le secteur de Cap-Rouge, rue du Tracel, au domicile de Bissonnette.

Bilan des blessés

Le CHU de Québec confirme qu’en plus des six personnes décédées, pas moins de 20 blessés ont été conduits à l’hôpital. Mais avec un peu de chance, ils devaient tous s’en tirer.

Deux personnes en arrêt cardio-respiratoire ont rendu l’âme à l’Hôpital Laval. Un quinzaine d’individu ont été hospitalisés pour des blessures mineures, alors que cinq ont pris le chemin de l’hôpital de l’Enfant-Jésus pour des blessures par balles. Deux personnes reposent toujours dans un état grave, mais elles devraient s’en tirer. Les blessés sont âgés entre 35 et 50 ans.

Les personnes décédées étaient âgées de 35 et 70 ans, approximativement. Selon le Collectif canadien anti-islamophobie, l’imam de la mosquée, le frère Azeddine, également père de famille, fait partie des victimes. Un professeur de l'Université Laval Khaled Belkacemi fait aussi partie des victimes.

La fusillade a eu lieu juste après la prière d’Al Isha, la dernière des cinq prières quotidiennes musulmanes.

Selon un témoignage recueilli par Le Journal, une des victimes aurait été tuée alors qu’elle tentait de désarmer l'assaillant.

En panique après la fusillade

Vers 21 h 30, des familles musulmanes accouraient sur les lieux, en panique, à la recherche de leurs proches. Le périmètre de sécurité était tellement large que les gens devaient souvent se contenter de regarder la mosquée de loin en passant des coups de fil pour tenter d’avoir des nouvelles.

Autres témoignages

Un témoin, qui n’a pas voulu s’identifier, a indiqué ceci au Journal. «Mon père était à l’intérieur. Ils sont entrés après la prière, quand tout le monde discute ensemble. Certains avaient déjà quitté, mais il restait beaucoup de gens.»

Selon lui, «c’est totalement gratuit. Tous ces gens-là n’avaient rien fait. Absolument rien. Des innocents. Jamais j’aurais pensé que ça nous arriverait ici à Québec. J’ai toujours senti que j’étais en sécurité, mais ce soir je me pose des questions».

Une autre source a précisé ceci: «À cette heure le samedi, des enfants suivent des cours ici. Hier (samedi) j’étais là avec mes petits. C’est incroyable de s’en prendre à des gens qui n’ont rien demandé comme ça (...) J’essaie de joindre mon ami qui était ici ce soir. Je n’ai aucune réponse et je suis inquiet. Nous sommes tous dans l’incertitude. Nous sommes dans le néant.»

Idriss Kefi se trouvait sur l’avenue Myrand, non loin de la mosquée, lorsqu’il a reçu les premières informations de la fusillade sur la page Facebook du CCIQ. Il s’est rapidement rendu sur les lieux où le périmètre de sécurité venait à peine d’être mis en place.

Ramzi Ibn Abdallah, arrivé en même temps que M. Kefi, a ajouté que «les gens avaient peur et ne croyaient pas à ce qui se passait».

– Avec la collaboration de l'Agence QMI

** Vous êtes invités à témoigner votre sympathie à la suite de cet attentat en écrivant à l'adresse opinions@quebecormedia.comNous publierons certains de ces messages en ligne par la suite.

La mosquée avait déjà été ciblée par le passé

Le Centre culturel islamique de Québec, qui a été le théâtre d’une fusillade mortelle dimanche soir, avait déjà été la cible d’actes haineux par le passé.

En juin dernier, une tête de porc emballée dans un paquet cadeau avait été déposée à l’entrée du lieu de culte, en pleine période du ramadan. Elle était accompagnée d’une carte sur laquelle on pouvait lire «bonne appétit» (sic). La tête de porc avait été retrouvée par un fidèle après une séance de prière.

Photo d'archives

À cette époque, les responsables de la mosquée avaient indiqué qu’il ne s’agissait pas du premier épisode de vandalisme.

Environ trois semaines plus tard, en juillet, des tracts islamophobes ont été distribués dans le quartier. La lettre liait le Centre culturel islamique aux Frères musulmans, un groupe religieux et politique né en Égypte en 1928.

«Cette même mosquée est un foyer de radicalisme où on propose aux fidèles de lire les écrits d’idéologues qui prônent le djihad violent, la charia, l’infériorisation de la femme, l’homophobie virulente», pouvait-on lire dans les pamphlets distribués anonymement dans les quartiers voisins de la grande mosquée de Québec.

Le président de la CCIQ avait rejeté ces allégations de proximité avec les Frères musulmans, qu’il juge «fausses de A jusqu’à Z».

«Sur le plan historique, ça ne peut pas coïncider, avait confié Mohammed Yangui, président du Centre culturel islamique de Québec. Ce sont des choses très différentes qui ne coïncident pas ni dans le temps ni dans la réalité. Quelqu’un qui connaît un peu la politique ou la géographie peut comprendre que ces allégations sont fausses.»

Pour ces deux incidents, le Service de police de la Ville de Québec avait ouvert une enquête.