/news/currentevents
Navigation

La «7e victime» choque

Les propos d’un imam à la cérémonie funéraire mettent en colère des musulmans

CANADA-MOSQUE/SHOOTING
Photo courtoise Les paroles de l’imam Hussein Guillet lors de la cérémonie funéraire
« Peut-être que certains seront fâchés contre moi, mais je dois dire la vérité. Nous avons énuméré nos victimes, mais il y a une victime dont on n’a pas parlé. Cette victime s’appelle Alexandre Bissonnette. »

Coup d'oeil sur cet article

Des musulmans sont choqués et en «profond désaccord» avec certains propos tenus par un imam lors de la cérémonie funéraire de vendredi, quand il a qualifié le présumé tireur Alexandre Bissonnette de «septième victime» dans la tuerie à la mosquée.

«Ça m’a fait revivre la mort d’Hassane quand j’ai entendu ça. Il n’est même pas enterré et on prononce ces mots-là», indique Youcef Redjouani, ami proche d’Abdelkrim Hassane, qui a perdu la vie dans la tuerie. M. Redjouani estime que l’imam Hussein Guillet aurait dû relire son discours et mieux choisir ses mots avant de le prononcer devant près de 5000 personnes au Centre des congrès de Québec.

Le son de cloche est le même chez Haithem Jebali, qui estime qu’il faut «nommer les choses par leurs noms».

«On ne peut pas le mettre dans la même catégorie que les autres martyrs. C’est un terroriste et c’est ainsi qu’il doit être jugé. Pour moi, ce discours était très mal dit», indique-t-il, précisant toutefois qu’il «a beaucoup de peine» pour les parents d’Alexandre Bissonnette.

« C'est un terroriste. Point final ! » — Haithem Jebali

Pour Haithem Jebali, il faut «nommer les choses par leurs noms» et dire qu’Alexandre Bissonnette n’est pas la «7e victime» de l’attentat à la mosquée de Sainte-Foy.
Photo ANNIE T. ROUSSEL
Pour Haithem Jebali, il faut «nommer les choses par leurs noms» et dire qu’Alexandre Bissonnette n’est pas la «7e victime» de l’attentat à la mosquée de Sainte-Foy.

« Pas le profil d’une victime »

Les musulmans interrogés par Le Journal s'accordent pour dire que le geste «préparé et calculé» d'Alexandre Bissonnette n’est pas celui d’une victime.

«C’est quelqu’un qui a un niveau intellectuel, il va à l’université et avait bien prémédité son coup. C’est loin d’être le profil d’une personne manipulable», mentionne pour sa part Majdi Dridi.

Ce dernier admet que plusieurs de ses compatriotes ont été heurtés en début de cérémonie lorsque l’imam a affirmé qu’il y avait une autre victime à cette tragédie, et que «cette victime s’appelle Alexandre Bissonnette».

Avis partagés

Présent lors de la réouverture de la grande mosquée de Québec, Mohamed Labidi, indiquait pour sa part que les paroles de l’imam étaient «justes». «C’est exactement ça. C’est une jeune personne et il ne connaît pas profondément les cultures. Il s’est fait emporter dans cette vague d’islamophobie et de haine», mentionnait le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, en précisant qu’une «montée de haine» était palpable depuis plusieurs mois déjà.

Majdi Dridi rappelle que le présumé tireur avait «bien prémédité son coup».
Photo courtoisie
Majdi Dridi rappelle que le présumé tireur avait «bien prémédité son coup».

« C’est loin d’être le profil d’une personne manipulable. » — Majdi Dridi

Le président du Centre islamique Badr, à Saint-Léonard, qui, comme plusieurs autres, s’est déplacé pour rendre hommage aux victimes de Québec, abondait dans le même sens. «On le prend comme une victime du manque d’information», mentionnait El Korbi Sleeman.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla