/news/education
Navigation

Après les équipes sportives collégiales, les clubs de gamers

Le Cégep de Matane est le premier à offrir un programme de sport électronique

E-sport Matane
Courtoisie Cégep de Matane Avec la popularité des jeux vidéo chez les jeunes, le Cégep de Matane espère attirer de nouveaux étudiants grâce à son équipe de gamers. Celle-ci compte pour l’instant 50 étudiants, dont quelques filles, qui sont «autant des sportifs que des nerds».

Coup d'oeil sur cet article

MATANE | Le Cégep de Matane est le premier établissement collégial francophone à encadrer des joueurs de jeux vidéo compétitifs avec son propre programme de sport électronique.

La formation des Capitaines comprend une cinquantaine de joueurs qui pratiquent en groupe six heures par semaine en plus de tenir un tournoi tous les samedis. Leur objectif est de devenir les meilleurs gamers de League of Legends et Overwatch au Québec. Ils pourraient bientôt affronter d’autres écoles.

Sport obligatoire

Un peu comme les équipes de soccer ou de basketball, les joueurs ont des entraînements et un entraîneur qui leur donne des trucs et les bonnes stratégies pour gagner des parties.

S’ils veulent demeurer dans l’équipe, les joueurs sont obligés de faire du sport au moins trois heures par semaine.

«Il n’y a aucun doute que la forme physique aide à devenir un meilleur joueur de jeu vidéo», affirme l’entraîneur des Capitaines du cégep de Matane, Pierre-Mark Lavoie.

«Ça m’a branché quand j’ai entendu parler du nouveau programme. C’est beaucoup de stratégie et de travail d’équipe», dit Adrien Schlumberger, étudiant en Animation 3D au cégep et capitaine de son équipe.

Les 50 jeunes inscrits sont autant des sportifs que des nerds, affirme le passionné de jeux vidéo. Ils étudient en Animation 3D, multimédia, électronique et informatique, surtout.

On compte quel­ques filles dans le club.

Comme le sport collégial

Les gamers reçoivent des formations spécialisées s’ils sont capitaines de leur équipe ou s’ils veulent faire la description des compétitions comme on le voit dans les grands événements.

Les exigences du programme ressemblent à n’importe quel sport collégial, comme le basketball ou le soccer.

«Mon rôle est de les aider à améliorer leurs stratégies pour gagner», dit Pierre-Mark Lavoie, entraîneur du programme et adepte de jeu vidéo compétitif.

Six Équipes pour l’instant

Pour l’instant, les six équipes du programme s’affrontent entre elles toutes les fins de semaine au cégep de Matane. Le but est de faire évoluer les cégépiens inscrits au programme pour participer à de plus gros événements. Il leur serait alors possible d’affronter les joueurs des universités, par exemple.

D’ici là, Pierre-Mark Lavoie espère que d’autres cégeps suivront la tendance de celui de Matane pour créer un réseau intercollégial.

Actuellement, seul le Cégep Dawson offre un programme semblable.