/news/health
Navigation

Un médicament antitabac pourrait aussi aider les alcooliques

bicchieri di whisky, libri e sigarette
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

D’abord conçu pour aider les gens à arrêter de fumer, un médicament pourrait aussi être bénéfique pour traiter les personnes aux prises avec des problèmes d’alcoolisme, selon une chercheuse de Concordia.

Commercialisé au Canada depuis 2007, Champix est prescrit pour aider à arrêter de fumer. Il agit sur les récepteurs du système nerveux en bloquant les effets de la nicotine.

Or une chercheuse de l’Université de Concordia à Montréal, Nadia Chaudhri, s’est plutôt intéressée aux effets du médicament sur l’alcoolisme.

Elle a étudié les effets de la varénicline — qui se retrouve dans Champix — sur les rats. Ses résultats laissent croire que le médicament pourrait aider les alcooliques à résister à la tentation.

«On sait déjà que la varénicline agit sur la dépendance à l’alcool, car les gros fumeurs qui sont aussi de gros buveurs réduisent souvent leur consommation des deux substances », affirme-t-elle.

L’idée était donc de découvrir si Champix pouvait aider les alcooliques à résister à la tentation et à éviter les rechutes.

Pour ce faire, il a fallu faire boire régulièrement de l’alcool à des rats avant d’entreprendre une cure de désintoxication.

Des rats accros

«Les rats ont eu un accès à de l’alcool, une solution d’éthanol à 15 %, dans leur cage avant le début de l’expérience, en plus de leur nourriture et leur eau, explique Mme Chaudhri. Ils pouvaient boire comme ils voulaient et après cinq semaines, nous avons remarqué que leur consommation d’éthanol augmentait au détriment de l’eau.»

Puis, ces rats ont été conditionnés avec certains stimuli (bruit, odeur, texture) au moment de leur donner de l’alcool afin de créer un réflexe pavlovien.

Une fois désintoxiqués dans un environnement différent, les rats ont été réintroduits dans la cage avec les mêmes stimulus pour voir s’ils résistaient à la tentation ou s’ils se mettaient à la recherche d’alcool.

«Il s’avère que les rats résistent mieux à la tentation avec l’aide de la varénicline», affirme Nadia Chaudhri.