/opinion/columnists
Navigation

Quand les citoyens s’en mêlent

Coup d'oeil sur cet article

L’apathie citoyenne. Les Québécois, paraît-il, seraient irrémédiablement désabusés de la politique et de leurs élus. Et pourtant, quand la politique et ceux qui la pratiquent sont inspirants et ancrés dans le réel, les citoyens sont au rendez-vous.

À preuve, l’impressionnante mobilisation pour sauver la circonscription montréalaise de Sainte-Marie-Saint-Jacques (SMSJ) d’un redécoupage burlesque proposant de la dissoudre dans le quartier libéral de Westmount.

Une pétition à sa défense compte déjà près de 15 000 signatures. Lors d’un rassemblement, les citoyens étaient également nombreux dans SMSJ à signifier leur désaccord au Directeur général des élections (DGEQ).

Demande claire

Leur demande est claire: être consultés, protéger leur comté et leur députée. Élue en 2014 dans ce véritable microcosme de la métropole, Manon Massé de Québec solidaire parle pour les oubliés de l’austérité. Elle le fait avec finesse et humanisme.

Sa voix est calme, mais sa détermination est de fer. En peu de temps, Manon Massé a su gagner le respect de ses citoyens et de ses collègues de l’Assemblée nationale.

Défavorisé

Défavorisé par notre mode actuel de scrutin et ne comptant plus que deux députés, Québec solidaire ne mérite pas en plus d’être sacrifié sur l’autel d’un redécoupage aussi injuste qu’irrationnel.

Dans un rare moment de solidarité non partisane, le Parti québécois, la CAQ et le maire de Montréal ont offert leur soutien à Mme Massé. Un geste d’une indéniable exemplarité démocratique.

Ils s’élèvent tous contre l’arbitraire entourant la disparition possible de SMSJ. Laquelle priverait aussi le Parlement d’une voix sociale-démocrate essentielle. Résiliente, Manon Massé présente quant à elle un projet de loi visant à suspendre le processus de révision le temps de consulter les citoyens.

Transpartisane et citoyenne, cette montée de boucliers nous sert en fait un des plus beaux moments de la vie démocratique québécoise. Si le gouvernement Couillard s’y joignait, le moment serait carrément parfait.