/news/provincial
Navigation

Les coûts de déneigement explosent

Des villes dépasseront leur budget

Les coûts de déneigement explosent
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les quantités de neige presque record tombées à Québec donnent des maux de tête aux municipalités de la région, si bien que les administrations prévoient déjà dépasser les budgets alloués pour le déneigement.

À pareille date l’an dernier à Lévis, la Ville avait effectué 15 126 transports vers les dépôts à neige. Cette année, ce chiffre bondit déjà à 56 880 acheminements. D’ailleurs, l’un des cinq dépôts à neige de la ville est déjà au maximum de sa capacité et fermé jusqu’à nouvel ordre.

Ce sont 15 M$ qui sont attitrés au déneigement dans le budget de la Ville de Lévis, une somme insuffisante cette année.

Réserve financière

«C’est sûr que le budget va être dépassé», a mentionné la porte-parole, Priscille Bourque, soulignant que la Ville peut compter sur une réserve financière. Parce que «les terrains des gens sont trop pleins», la Ville a aussi dû abaisser les quantités de neige qu’elle souffle habituellement dans certains arrondissements.

À Québec, le budget de 43,7 M$ pourrait aussi ne pas tenir le coup. Admettant qu’il s’agit d’une saison exceptionnelle, la Ville refuse toutefois de spéculer et s’en remet à son fonds de prévoyance. «Il y a toujours cette réserve qui existe», a expliqué Wendy Whittom, porte-parole de la Ville.

« Pas dans le trouble »

À L’Ancienne-Lorette, le maire Émile Loranger reste optimiste et espère respecter son budget de 715 000 $. «Je fais mon comparable avec 2008 – une année record – et je regarde ce qui me reste... On ne sera pas dans le trouble. C’est un gros hiver, je ne me fais pas d’idée, on n’aura pas de surplus», affirme M. Loranger qui pose un regard humoristique sur cette situation.

«On constate. On a de la neige. C’est sûr et certain que les gens ne me voient pas me promener tout nu dans ma maison», s’amuse-t-il.

À Saint-Augustin-de-Desmaures, l’administration qui n’a fait aucune réserve en cas de pépin dépassera son budget 2017. «On n’a pas encore dépassé le budget prévu, mais il y a de bonnes chances qu’on le dépasse. C’est un budget de 650 000 $», a indiqué Dany Rousseau, le directeur des communications. «On va devoir piger ailleurs. Au printemps, on va faire un bilan.»

Sur la rue de Savoie, à Charlesbourg, le «mur» pourrait facilement ensevelir quelqu'un.
Photo courtoisie
Sur la rue de Savoie, à Charlesbourg, le «mur» pourrait facilement ensevelir quelqu'un.
Sur la rue Veilleux, à Lévis, les enfants semblent plus haut que la toiture.
Photo courtoisie
Sur la rue Veilleux, à Lévis, les enfants semblent plus haut que la toiture.
Ce banc de neige photographié sur la rue du Grand-Sault, à Courville, est très impressionnant.
Photo courtoisie
Ce banc de neige photographié sur la rue du Grand-Sault, à Courville, est très impressionnant.
Laval Provencher, qui habite depuis 42 ans sur l’avenue D'Amours, à Québec, n'a jamais vu autant de neige devant chez lui. «C'est épouvantable! Ils ont failli casser mes vitres en soufflant et j'ai dû faire venir un inspecteur municipal», affirme-t-il.
Photo courtoisie
Laval Provencher, qui habite depuis 42 ans sur l’avenue D'Amours, à Québec, n'a jamais vu autant de neige devant chez lui. «C'est épouvantable! Ils ont failli casser mes vitres en soufflant et j'ai dû faire venir un inspecteur municipal», affirme-t-il.
François Doyon, de Notre-Dame-des-Pins, en Beauce, évalue à 360 centimètres la hauteur de la neige devant sa maison. Comme plusieurs autres, seul le toit est visible.
Photo courtoisie
François Doyon, de Notre-Dame-des-Pins, en Beauce, évalue à 360 centimètres la hauteur de la neige devant sa maison. Comme plusieurs autres, seul le toit est visible.
À Tadoussac, un camion a littéralement coupé le banc de neige de Dany Tremblay, qui n'a jamais rien vu de tel en 28 ans.
Photo courtoisie
À Tadoussac, un camion a littéralement coupé le banc de neige de Dany Tremblay, qui n'a jamais rien vu de tel en 28 ans.
À Val-Bélair, le chien de Mélanie Gilbert pourrait aisément se promener sur la toiture.
Photo courtoisie
À Val-Bélair, le chien de Mélanie Gilbert pourrait aisément se promener sur la toiture.
Audray Fréchette, de Charlesbourg, croit qu'elle possède une longueur d'avance pour le titre du plus gros banc de neige.
Photo courtoisie
Audray Fréchette, de Charlesbourg, croit qu'elle possède une longueur d'avance pour le titre du plus gros banc de neige.